Me Jacqueline Laffont, avocate de Nicolas Sarkozy, est l'invitée de 7h50. Elle défend son client suite au jugement qui le condamne à trois ans de prison, dont un ferme, pour corruption et trafic d'influence. Nicolas Sarkozy a fait appel, ce qui suspend cette décision.

"Je ne m’attendais pas à un tel jugement, je le craignais", explique l'avocate de Nicolas Sarkozy. "Lorsqu’on est avocat, qu’on plaide souvent en correctionnelle ou aux assises, il nous arrive d’avoir des bonnes et de mauvaises surprises. Nous ne sommes jamais à l’abri de rien en matière judiciaire. En revanche, je ne m’attendais pas à un jugement qui ferait à ce point litière de ce qui s’est passé à l’audience, de ce procès, des éléments du dossier que nous avons découverts dans une enquête qui jusque-là avait été cachée."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Comment a réagi l'ancien président à l'annonce de cette décision ? "Dans ces moments-là, je constate que Nicolas Sarkozy est quelqu’un de calme, qu’il réfléchit, qu’il prend connaissance des éléments. Il est aujourd’hui déterminé, il a décidé d’interjeter appel contre cette décision. Il est présumé innocent, ce jugement est anéanti par notre appel, et nous irons plaider devant des nouveaux juges, c’est à cela que sert la cour d’appel."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Le jugement n'a pas été en mesure de trouver des preuves", estime l'avocate

"Ce jugement est à l’encontre de constatations qui ont été faites dans ce dossier au cours de ce procès", selon Me Jacqueline Laffont. "Notamment à travers des éléments que nous avons découverts tardivement. Lorsque par exemple il est fait état d’un “pacte de corruption”, je note que le jugement n’a pas été en mesure de trouver des preuves. Il a fallu qu’il ait recours à des faisceaux d’indices, c’est assez rare pour devoir le souligner. De plus, ce faisceau d’indices relève des relations d’amitié, des relations professionnelles entre un avocat et son client, qui me semblent être des indices étonnants pour retenir un pacte de corruption. Et nous avons démontré lors du procès qu’aucune démarche n’avait été faite à Monaco."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Toutefois, le résultat ne doit pas forcément être obtenu pour que le délit de corruption soit établi. "Oui mais le pacte de corruption, lui, doit être établi. Or ici, on part du principe qu’une démarche aurait été envisagée de manière suffisamment précise pour que l’ancien président de la République ait agi, ce qui est faux."

Cette décision a-t-elle un impact sur l'image de la justice, en positif ou en négatif ? "La confiance des citoyens dans la justice est primordiale, et je pense qu’en la matière on a quelques interrogations dans ce dossier. Je pense que la justice doit montrer l’exemple en termes de transparence et d’exemplarité : dans ce dossier, une enquête préliminaire nous a été cachée pendant 5 ans, où l’on essayait de faire tenir à tout prix une violation du secret professionnel qui n’a jamais existé, on nous a caché un classement sans suite, on nous a caché des éléments à décharge que nous avons tenté d’exploiter tardivement. Il faudra que chacun fasse le ménage devant sa porte."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Cette décision, personne ne devrait s’en réjouir"

"Un magistrat, un avocat et un ancien président de la République doivent aussi être exemplaires, et je pense qu’ils l’ont été", explique la défense. "Cette décision, personne ne devrait s’en réjouir, parce qu’elle est très grave et attentatoire à des principes fondamentaux. Il faut rappeler que Nicolas Sarkozy n’a jamais été en contact avec Gilbert Azibert." Même si, selon le jugement, c'est son avocat Thierry Herzog qui l’a été en son nom.

Cette décision va-t-il pousser à un changement de stratégie de la part de la défense en appel ? "On doit toujours réfléchir et constater qu’il y a des choses qui n’ont pas été entendues. Le mot “stratégie”, je m’y reconnais assez peu. Lorsque je découvre des choses dans un dossier, est-ce qu’il fallait que je me taise ? Si je découvre en tant qu’avocate qu’une enquête m’a été cachée et qu’elle concluait à un classement sans suite, que le postulat de l’accusation en était atteint, je dois le dénoncer."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Nous n’avons jamais attaqué le Parquet National Financier, c’est un faux procès qui nous est fait"

"Je pense que les choses sont complexes : dans ce dossier beaucoup de choses ont dysfonctionné", juge l'avocate qui nie avoir attaqué le Parquet National Financier. "Le PNF a été très habile dans sa communication, en instrumentalisant un combat purement juridique. Il y a des principes fondamentaux auxquels je tiens et pour lesquels nous devons tous nous battre. En général, les magistrats sont astreints à un devoir de réserve, or le patron du PNF a communiqué pendant le délibéré. Nous n’avons jamais attaqué le Parquet National Financier, c’est un faux procès qui nous est fait. Or nous avons été attaqués dans des conditions scandaleuses et mensongères. Il y a la bataille de la communication et la bataille du droit, et moi j’ai un espoir, c’est que le droit vaincra", conclut-elle dans la matinale de France Inter.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Nicolas Sarkozy est présumé innocent, il faut le rappeler toujours et encore. Tant qu’une juridiction n’a pas rendu une décision définitive, toute personne est présumée innocente : Nicolas Sarkozy pas plus et pas moins que les autres."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

  • Légende du visuel principal: Me Jacqueline Laffont © AFP / STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.