Il était l'inconnu de la primaire, le président du Parti chrétien démocrate qui a créé la curiosité lors du 1er débat de la primaire à droite est l'invité d'Alexandra Bensaid.

Jean-Frédéric Poisson
Jean-Frédéric Poisson © Getty / Serge Mouraret

Il était l'inconnu de la primaire, le président du Parti chrétien démocrate qui a créé la curiosité lors du 1er débat de la primaire à droite est l'invité d'Alexandra Bensaid.

Interrogé d'abord sur la crise en cours à I-Télé, dont la grève se poursuit depuis plus de 18 jours, Jean-Frédéric Poisson botte en touche : "Je comprends que les journalistes protestent contre une dérive éditoriale de leur chaîne". Pour autant, le candidat à la primaire de droite ne prône aucune ingérence dans ce conflit :

Quand J.F. Poisson invite tous les électeurs dans leur ensemble, déçus du Hollandisme ou de François Bayrou inclus, à se prononcer lors de la primaire de droite, il rappelle qu'il "appartient à chacun de savoir s'il peut signer en conscience la charte qui dit qu'il (ou elle) respectera les valeurs de la droite".Quand aux sondages, rien n'est joué, affirme-t-il :

Je soutiendrais Alain Juppé

"J'ai signé la charte des Primaires, explique le président du Parti chrétien démocrate, je soutiendrais donc le gagnant, parce que c'est ma conception de l'engagement". Néanmoins, il le reconnait :

Sur la crise migratoire

Jean-Frédéric Poisson veut mettre une fin au "choc migratoire qui mets en colère certains français, qui ne peuvent plus le supporter"

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.