Jérôme Cartillier, correspondant de l'AFP à la Maison Blanche, co-auteur de "Amérique, années Trump" aux éditions Gallimard, est l'invité de Léa Salamé.

 Jérôme Cartillier
Jérôme Cartillier © AFP / BRENDAN SMIALOWSKI

"Le plus frappant c’est que jusqu’à la dernière minute Trump n’a pas bougé", explique Jérôme Cartillier. Selon lui, "il est resté englué dans la nostalgie de 2016. Il est resté scotché sur cette nostalgie et à aucun moment il n’a tenté autre chose, à aucun moment il ne tente une posture rassembleuse. Cela reste la même recette (qu’en 2016)".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le président américain s’est recroquevillé sur "son peuple trumpiste" comme le qualifie le journaliste. “Ce peuple n’a été ébranlé par aucun des travers du président” écrit Jérôme Cartillier dans son livre. "Le trumpisme est plus proche d’une méthode de conquête de  pouvoir que d’une méthode de gouvernement".

"Une fois arrivé au pouvoir, il se trouve un peu démuni, on l’a vu avec la Covid. Avec cette énorme crise, il est désarmé, il n’arrive pas à fédérer, il a le mépris de la science qui devient problématique". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Il faut lui reconnaître d'avoir tenu bon nombre de ses promesses", estime le journaliste, pour qui il reste assez lisible, c'est l'Amérique "et moi d'abord". En ce moment, il est frustré et contrarié, "il sait que les sondages ne sont pas bons".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les invités
L'équipe
Contact