Gilles Babinet, vice-président du Conseil national du numérique, digital champion de la France auprès de la Commission européenne, est l'invité de Carine Bécard à 7h50.

Gilles Babinet, vice-président du Conseil national du numérique, digital champion de la France auprès de la Commission européenne
Gilles Babinet, vice-président du Conseil national du numérique, digital champion de la France auprès de la Commission européenne © AFP / Jacques Demarthon

Dans le paysage économique actuel, les fameuses entreprises GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon, auxquelles on ajoute parfois Netflix et Microsoft) font figure d'exception : elles présentent de bons résultats financiers, mais semblent vivre sur les rentes d'innovations qui ont plusieurs années. "Ces entreprises sont en train d'accélérer de façon extrêmement forte (...) mais on est en train de se demander si elles sont en train de se décorréler totalement des tendances générales de l'économie", explique Gilles Babinet, vice-président du Conseil national du numérique, digital champion de la France auprès de la Commission européenne.

"Les économistes se demandent si ces entreprises ne sont pas en train de tuer l'innovation, dans la mesure où dès qu'elles ont un concurrent qui commence à émerger, elles l'achètent, elles le concurrencent, elles font tout pour le faire disparaître", détaille-t-il.

Si, face à ces grandes entreprises, la France émet le souhait de faire émerger des startups, elle part, selon Gilles Babinet, avec "30 ou 40 ans de retard : on commence à avoir une stratégie cohérente depuis cinq, six ans". Il cite en exemples de cette stratégie la création de la Banque Publique d'Investissement, ou encore de l'école 42 et de l'incubateur de startups Station F. "C'est très difficile de revenir sur le devant de la scène, d'autant plus qu'il ne faut pas espérer concurrencer directement ces mammouths que sont les GAFA, qui ont investi des dizaines, des centaines voire des milliers de milliards de dollars", ajoute-t-il.

Ce ne sont pas des domaines sur lesquels on peut rétablir une concurrence facilement 

Quid de la coopération européenne à ce sujet ? "Digital champion" pour la France auprès de la Commission européenne, il évoque plusieurs initiatives, comme le règlement RGPD ou "le satellite de géopositionnement Galliléo", qui visent à unifier les règles pour donner aux startups un accès plus facile à un marché plus vaste, et donc à des opportunités de développement plus fortes. En revanche, rappelle-t-il à nouveau, "ce qu'il faut, c'est ne pas rêver qu'on va faire un moteur de recherche européen qui va concurrencer Google ou une plateforme de cloud qui va concurrencer Amazon. Ca n'arrivera pas tout de suite. Il faut aller sur les nouveaux marchés qui commencent à émerger", dit Gilles Babinet. Ces marchés peuvent être, selon lui, les services aux entreprises (le "B to B"), l'agriculture de demain ou les chaînes de logistique.

Les invités
  • Gilles BabinetVice-président du conseil national du numérique, digital champion de la France auprès de la Commission européenne
Contact