Lydie Salvayre, écrivaine, est l'invitée d'Alexandra Bensaid à 7h50.

Lydie Salvayre a passé une nuit entière au musée Picasso, elle en a tiré un livre  "Marcher jusqu'au soir", 

"Je suis ambiguë devant les musées qui sont un lieu d’émerveillement et un lieu de mort... Il y a la beauté et en même temps c’est un lieu séparé de la vie. "

La vision de l’art par Giacometti, « l’homme qui marche » plié sous le fardeau du temps et en même temps cet homme marche "jusqu’au dernier battement car marcher c’est vivre". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pendant cette nuit au musée, "je ne ressens rien à part une vague appréhension". Une fomre d'indifférence qui l'étonne. "L’art est marchandisé je pars avec cette colère et je m’en rends compte que c’est un nouveau conformisme de cracher sur l’art contemporain."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Au fur et à mesure, je me demande comment s’est constitué mon rapport à l’art dans l'enfance... Je suis dans un rapport d’intimidation », je vais faire 1000 efforts pour l’intégrer." 

"La présence de la mort vous fait mesurer combien la vie est précieuse", explique Lydie Salvayre. 

  • Légende du visuel principal: Lydie Salvayre © AFP / DOMINIQUE FAGET
Les invités
L'équipe
Contact