Catherine Arenou, maire Divers droite de Chanteloup-les-Vignes est l'invitée de Léa Salamé. Elle fait partie de ces maires qui refusent d'organiser des rencontres locales dans le cadre du grand débat national, et nous explique pourquoi.

Catherine Arenou avait participé au fameux "plan Borloo" pour la ville, et elle en garde une certaine amertume : "il n'y a pas grand-chose de nouveau depuis, si ce n'est une pauvreté qui s'agrandit", explique la maire. "Ce que nous disions, que la pauvreté dans la grande ruralité était égale à la pauvreté dans nos banlieues, qu'il fallait faire attention pas seulement aux territoires mais aussi aux êtres humains qui les habitent... Nous avions un peu raison avant l'heure."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le "grand débat national" peut-il changer la donne sur cette question : pour l'instant, il ne rassemble pas les foules, notamment dans les banlieues. Or, selon Catherine Arenou, "le principe du débat et de la réunion est habituel dans nos quartiers... Il y a beaucoup de désillusion. Sans doute que cette dernière année n'est pas étrangère à cette désillusion, la vraie difficulté de vivre au quotidien, que tout le monde a le nez dans le guidon... Cette lutte pour le quotidien désespère souvent et ne fait plus croire à grand-chose."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Emmanuel Macron qui semble souhaiter renouer avec les maires ? L'édile de Chanteloup-les-Vignes n'y croit pas vraiment, et ne se sent pas plus considérée qu'avant : "considérée non, indispensable peut-être. Le président s'est rendu compte, sans doute, que les députés étaient hors-sols, pour la plupart, qu'ils n'avaient pas d'accroche territoriale, d'accroche avec les habitants. Il s'en rendu compte que les relais en France, c'étaient les maires et les conseils municipaux. Il va nous falloir beaucoup de temps pour être convaincus que nous sommes des alliés sur lesquels il faut compter."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

  • Légende du visuel principal: Catherine Arenou, maire de Chanteloup-les-Vignes, refuse d'organiser un débat localement, dans le cadre du grand débat national. © Radio France / France Inter
Les invités
  • Catherine ArenouMaire LR de Chanteloup-les-Vignes dans les Yvelines et vice-présidente de l’association Villes & banlieue
L'équipe
Contact