L'ancienne Garde des Sceaux est l'invitée de Léa Salamé pour évoquer la mémoire de Michel Rocard, mort ce samedi 2 juillet.

Christiane Taubira, ancienne garde des Sceaux
Christiane Taubira, ancienne garde des Sceaux © Getty / Vincent Dessailly

« Michel Rocard était une personne avec de vraies aspérités, des convictions profondes »

« On connaît la rapidité avec laquelle il raisonnait. Il y a des moments où il s’envolait complètement (…) cela crée une sorte de distance avec une parole politique qui s’est beaucoup banalisée, qui s’est beaucoup abêtie aussi et qui a installé les gens dans l’idée qu’il ne fallait pas faire d’effort, que tout était binaire et simpliste »

Sur ses liens avec Mitterrand : « Il a été très dur en face de Rocard (…) avec Rocard, le bout le plus lointain de la planète savait qu’il y avait une haine »

Regrette-t-elle d’avoir participé à la liste emmenée par Tapie en 1994 qui a empêché Rocard de se présenter à la présidentielle ?

« Non je ne regrette pas. Si le Parti socialiste en 1994 et en 2002 s’était posé et avait analysé la situation, il se serait demandé : pourquoi la désaffection des Français ? »

« Il n’y a pas de duplication. J’ai dit que Rocard était parti en laissant un grand vide. Évidemment mille personnes peuvent se réclamer de son héritage mais sur la méthode, sur la capacité visionnaire, on voit bien qu'il n’y a pas d’équivalent de Rocard »

« Rocard était de gauche, et il faut que la gauche se retrouve et qu’elle soit de nouveau fière d’elle-même »

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.