André Cicolella, chimiste, toxicologue et conseiller scientifique à l’Institut national de l’environnement industriel et des risques, est l'invité de Léa Salamé à 7h50.

Santé Publique France confirme 

Malformations génitales, pubertés précoces, problèmes de testicules, qualité de sperme en baisse de 32 %... Santé Publique France confirme ce que les médecins et les familles constatent de plus en plus : toutes ces pathologies sont en augmentation, et elles pourraient être liées aux perturbateurs endocriniens.

En d'autres termes, la santé reproductive se détériore en France depuis une vingtaine d'années.

C’est un phénomène mondial, pas seulement dans les pays développés. La principale explication, c'est le rôle des perturbateurs endocriniens, sur trois générations. Cela a commencé il y a cinquante ans. 

Pollution, tabac… il y a un faisceau de causes pour expliquer ces phénomènes, pas seulement les perturbateurs. Comme toujours, la cause est multifactorielle.  L’alimentation infantile est aussi un vecteur avec les petits pots en plastique.

"On a obtenu l’interdiction du bisphénol, explique André Cicollela, mais elle s’est arrêtée aux frontières de l’Europe." 

Ce sont les industries chimiques, allemandes pour la plupart, qui devraient revoir leur mode de fabrication.

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.