Thomas Piketty s'exprime pour la première fois sur la politique économique du gouvernement Macron et la réforme du code du travail.

Il était absent du débat public depuis la lourde défaite de Benoît Hamon à l'élection présidentielle, éliminé dès le premier tour en récoltant seulement 6% des voix. L'économiste Thomas Piketty a commenté ce matin les ordonnances de réforme du Code du travail présentées jeudi dernier par le gouvernement.

L'économiste juge qu'avec ces textes, le gouvernement donne plus de pouvoir aux chefs d'entreprise, un modèle qu'il oppose à celui de pays scandinaves où la place du salarié est plus forte dans l'entreprise, sans que ce soit un frein à la croissance.

Pour lui, Emmanuel Macron, son Premier ministre Édouard Philippe et la ministre du Travail Muriel Pénicaud sont passés à côté de l'enjeu principal du travail : la formation. Thomas Piketty s'étonne que plus de moyens ne soient pas alloués à l'éducation supérieure, l'économiste affirmant même que la dépense par étudiant a baissé de 10%.

"On sort d'une décennie perdue" estime-t-il, expliquant que la France n'a pas su investir dans l'Éducation ces dix dernières années pour avoir "le meilleur système éducatif du monde", comme elle le devrait.

En politique, Thomas Piketty a appelé la gauche à proposer une alternative à la politique d'Emmanuel Macron. La position de Jean-Luc Mélenchon, qui a " réussi à prospérer" sur le thème "j'envoie tout promener" n'est pas non plus la bonne, juge l'économiste qui s'affirme "membre d'aucun parti politique", mais il appelle aussi la gauche s'interroge et propose des solutions pour transformer l'Europe.

► REVOIR | L'interview intégrale

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.