Rachida Dati, candidate LR de la mairie de Paris, est l'invitée de Carine Bécard à 7h50.

Le deuxième tour des élections municipales s'annonce à Paris comme ailleurs. Rachida Dati est arrivée en seconde position avec  22,7% des voix au premier tour, derrière Anne Hidalgo avec 29% des suffrages. 

Comment s'annonce ce deuxième tour, sans alliance, pour Rachida Dati ? 

La candidate Les Républicains à la mairie de Paris Rachida Dati a lancé un appel "à tous les électeurs, y compris d'En marche" qui souhaitent faire barrage à une "gauche qui s'allie de manière factice", alors que la maire sortante Anne Hidalgo (PS) et le candidat écologiste David Belliard (EELV) ont conclu un accord d'alliance en vue du second tour des élections municipales. Radida Dati a d'ailleurs appuyé son propos en rappelant que les écologistes étaient dans la majorité sortante.

"L'alliance, je la fais avec les Parisiens. 29%, pour une maire sortante, c'est très bas. Ceux avec lesquels madame Hidalgo a fait alliance sont déjà dans sa majorité."

Concernant son adversaire Anne Hidalgo, elle estime que "quand on a 29 % comme maire sortante, vous avez plus de 70% des Parisiens qui ne veulent pas la réélection de Mme Hidalgo. Et ceux avec lesquels elle s’allie sont déjà dans sa majorité". 

"L'enjeu, c'est "Voulons-nous six ans de plus de madame Hidalgo à Paris ?"

La candidate s'attaque à la politique de la ville d'Anne Hidalgo, et aux "aberrations écologiques" de la maire sortante.  Projet de centrale à béton, de logements sociaux, pour Rachida Dati, "les électeurs sont victimes d’une escroquerie. Elle est prise en otage par les communistes qui sont les plus grands bétonneurs". 

Pour  Rachida Dati, "l'enjeu est simple : voulons-nous six ans de plus de Anne Hidalgo à Paris, de dégradations, d'insécurité, et de la maire de Paris qui a le plus bétonné Paris ?"

"Pendant le confinement, il y a eu beaucoup d'agressions. (...) Sur la propreté, Paris a été très sale pendant le confinement. Je veux un espace public apaisé." explique Rachida Dati.

Pour Rachida Dati, "l'enjeu c'est la mobilisation et la lutte contre l’abstention". "L’abstention et la dispersion des voix vont favoriser la réélection de Mme Hidalgo".

Quant à la candidate de La République en marche (LREM), Agnès Buzyn, "elle ne revient pas pour Paris, elle revient parce qu’elle doit se justifier, notamment devant les commission d’enquête pour les dysfonctionnements liés à la crise sanitaire", explique Rachida Dati.

La politique du chiffre instaurée par Nicolas Sarkozy auprès des services de police a-t-elle favorisé l'augmentation des violences policières en France ? 

Rachida Dati estime que "la politique du chiffre n’a pas été imposée par Nicolas Sarkozy, elle n'est pas importée des Etq-Unis. C’est faire en sorte que l'impunité et le laxisme cesse. J’en veux beaucoup à  la gauche et à SOS Racisme car ils ont fracturé et  accentué et aggravé le communautarisme. L’affaire Adama Traoré a montré des dysfonctionnement notamment judiciaires".

  • Légende du visuel principal: Rachida Dati © AFP / Philippe Lopez
Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.