Jessica Bennett, "gender editor" du New YorkTimes, est l'invitée d'Alexandra Bensaid à 7h50.

Jessica Bennett
Jessica Bennett © AFP / Jonathan Leibson

"Peu de gens font mon métier. Je cherche à impliquer davantage des femmes" explique la journaliste. "Ce poste a été créé en 2016 juste avant metoo. J’ai commencé dans ce poste la semaine où l’affaire Harvey Weinstein est sortie."

Pour elle, c’est #metoo qui a tout changé.  La couverture des droits des femmes doit être faite sans que cela soit visible. 

Au NY times, "mon travail c’est de savoir comment mieux couvrir l’actualité en prenant en compte le regard des femmes." raconte Jessica Bennett.

Un moment historique

A ses yeux, il y a encore beaucoup à faire mais il y a en ce moment un véritable basculement culturel. La manière de parler a changé, c’est le témoignage d’une amélioration.

127 femmes au congrès américains, "c’est un moment historique. C’est en un sens, le résultat de l’élection de Donald Trump. Les femmes se présentes pour beaucoup pour la première fois. Certaines sont très jeunes, d’autres sont racisées…Il va y avoir un vrai basculement politique" se réjouit la journaliste américaine.

Le sexisme insidieux ou subtil c’est celui qu’on a du mal à toucher du doigt. C’est le fait que les femmes soient par exemple plus souvent que les hommes interrompues. Ce sont des petites choses qui se cumulent qu’il faut combattre, analyse Jessica Bennett. Pour elle, il faut prendre la parole, s’exprimer. Les choses changent mais les hommes occupent encore les postes clefs.

Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.