Cédric Villani, candidat à la mairie de Paris, est l'invité de Léa Salamé à 7h50.

Sept candidats à la mairie de Paris, ont été réunis hier pour un premier débat, sur LCI. Ils ont présenté à tour de rôle leurs visions d'un futur Paris : à dix jours du premier tour des municipales, chaque candidat tente de convaincre les électeurs et bousculer le jeu.  Le premier à se jeter dans le bain est Cédric Villani, par tirage au sort. En cinq minutes, le mathématicien médaillé Fields, a promis qu'"on n'entendra plus les Parisiens parler sans cesse de leurs problèmes du quotidien, parce qu'ils souffrent".

Quel projet écologique pour Paris ? 

Cédric Villani, ancien soutien d'Anne Hidalgo, lors du précédent scrutin, considère, aujourd'hui, que la maire de Paris, n'a pas réussi sur bien des aménagements. 

L'intelligence artificielle au programme

"L’intelligence artificielle est là pour aider les humains" explique Cédric Villani. Il faut "remettre les sciences au service du citoyen". Pour lui, prévoir l'"automatisation du métro, c’est faire de l’écologie dans le meilleur sens du terme". Quant à savoir s'il faut que les 3000 conducteurs de la RATP changent de travail, il répond : "Il y a toujours beaucoup de choses à faire pour les humains"

Sur son engagement en dehors de LREM, il continue de se démarquer, et ne souhaite pas se ranger du coté d'Agnès Buzyn.

Après l'arrêt de la Cour de Cassation, qui juge que les conducteurs au service d'Uber sont bien dans une situation de salariés et non de travail indépendant, il estime qu'il "ne vesera pas une larme sur le sort d'Uber"

  • Légende du visuel principal: Cédric Villani © AFP / Joel Saget
Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.