Sébastien Lecornu, ministre des Outre-Mer, est l'invité de Léa Salamé à 7h50. Il revient sur le référendum sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie qui a eu lieu ce dimanche, avec une courte victoire du "non".

Pour Sébastien Lecornu, ce qui s’est passé ce dimanche est un moment d’Histoire. "Il n’est pas banal de se dire qu’on applique un accord assez ancien, dans un moment singulier mais grave. L’accord de Nouméa prévoyait un premier référendum, qui a eu lieu il y a 2 ans, puis un deuxième qui a eu lieu hier, avec un score qui s‘est resserré entre le oui et le non."

"Je tiens d’abord à saluer l’esprit de responsabilité de l’ensemble des forces politiques calédoniennes, dans le camp du oui et du non", explique le ministre. "Ce processus de paix que nous jouons là, c’est un processus original, singulier, peu banal de décolonisation à la française, reconnu par les Nations-Unies. C’est un processus qui vient garantir une paix civile et une expression démocratique."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pourquoi les écarts entre les deux camps se resserrent par rapport au précédent référendum ? "Peut-être pour une raison simple : cette question binaire, entre le oui et le non à l’accession à l’indépendance, ne répond pas à toutes les questions que se pose aujourd’hui la société calédonienne."

Quel rôle pour l’État français dans ce processus ? "Je suis peu intervenu, volontairement, j’avais pris mes fonctions de ministre des Outre-Mer au mois de juillet, en plein confinement généralisé en Nouvelle-Calédonie", rappelle Sébastien Lecornu. "C‘est un accord à trois : entre ceux qui veulent l’indépendance, ceux qui ne la veulent pas, et l’État, garant d’une impartialité. Mais il ne faut pas confondre l’État et le gouvernement, qui sont deux choses différentes. Quand je vois certains responsables politiques nationaux, comme Bruno Retailleau hier, qui dit “il faut que l’État cesse d’être impartial”, c’est méconnaître le dossier ! Si le gouvernement peut prendre des initiatives politiques, l’État doit rester impartial."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Quelle est la situation sur place ce lundi ? "Les opérations référendaires se sont passées de manière très satisfaisante", raconte le ministre, qui regrette toutefois "des provocations inutiles devant certains bureaux de vote". "Mais franchement au regard de l’enjeu, on peut dire que d’une part le taux de participation était très important et très fort, d’autre part l’organisation du scrutin s’est déroulée dans des conditions plus que satisfaisantes. Il n’y a pas de tensions d’ordre public à ce stade, mais il y a une tension politique qui est naturelle."

Quid d’un troisième référendum ? Il est possible sous conditions. "Pendant six mois, personne ne peut réclamer de nouveau référendum, ensuite c’est un tiers des membres du congrès de Nouvelle-Calédonie qui peuvent réclamer ce troisième référendum, qui doit intervenir d’ici octobre 2022."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

  • Légende du visuel principal: Sébastien Lecornu © AFP / Fabien Dubessay / AFP
Les invités
  • Sébastien Lecornusecrétaire d'Etat auprès du ministre de la transition écologique et solidaire
L'équipe
Contact