Nicolas Bay, Député Européen du Rassemblement National est l'invité de 7h50.

Le FN joue gros lundi devant la justice: brandissant la menace d'un dépôt de bilan, le parti devenu Rassemblement national (RN) va tenter de faire annuler la saisie de 2 millions d'euros d'aides publiques ordonnée dans l'enquête sur ses assistants présumés fictifs au Parlement européen.  Les magistrats de la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris se pencheront à huis clos sur le recours déposé par le parti de Marine Le Pen contre cette saisie judiciaire en date du 28 juin.   

En rendant publique cette mesure le 8 juillet, le parti a crié à l'"assassinat politique". Il a agité la menace d'une cessation de paiements s'il ne récupérait pas cette somme représentant une partie de l'acompte qui devait lui être versée en juillet au titre de l'aide d'État calculée selon ses résultats aux législatives, soit une manne de 4,5 millions d'euros par an.  Pour renflouer ses caisses, le parti a lancé un appel aux dons au nom du "pluralisme", qui lui a permis de récolter quelque 500.000 euros. 

Le gel de la dotation a été décidé par les juges d'instruction Claire Thépaut et Renaud Van Ruymbeke qui enquêtent depuis fin 2016 sur un possible "système" organisé par le parti et sa présidente Marine Le Pen pour faire prendre en charge par le Parlement européen des salaires du parti, via des contrats d'assistants parlementaires présumés fictifs.

Nicolas Bay : 

C’est une situation critique du RN car nous sommes privés de la dotation publique. Nous attendons que la justice fasse du droit et non de la politique. Les magistrats ont une sensibilité politique qu’ils ne cachent même pas. 

Selon une enquête du Figaro, le RN souffre d'un manque de recettes car le nombre des adhérents a fortement baissé. 

Nicolas Bay : 

C’est normal car on n’est pas dans une année électorale. Le RN se porte bien mais nous avons des difficultés en raison de cette saisie conservatoire qui nous met en danger de mort. 

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.