Le réalisateur Michel Hazanavicius est l'invité de Léa Salamé à 7h50 pour son dernier film "Le Prince Oublié".

Le réalisateur Michel Hazanavicius, oscarisé pour The Artist, revient avec un film intitulé "Le Prince Oublié" : "Le film parle de ce moment où votre enfant sort de l'enfance, c'est la mort de l'enfance. C'est quotidien, c'est assez banal, ça arrive à tous les parents ; mais mettre face à face le prince qui vit dans le monde des histoires et le père dans la vraie vie permet de mettre en scène de façon épique, spectaculaire, quelque chose de très simple, très intimiste, personnel : l'acceptation du fait que son enfant grandit". 

Pour lui, qui n'a pas eu à faire face à une crise d'ado de ses propres enfants, il y a dans le moment de la crise d'adolescence une forme de parallèle : "A ce moment-là, vous même, vous avez entre 40 et 50 ans, et vous vous posez des questions, vous voyez bien qu'il y a face à vous un gamin qui entre dans quelque chose d'actif, qui est plein de rêves. L'ado révèle quelque chose chez l'adulte, c'est une double crise". 

Pour interpréter le rôle principal du film, Michel Hazanavicius a choisi Omar Sy. Un choix politique à un moment où le cinéma se remet en cause sur la question de la diversité ? "Je ne l'ai pas choisi parce qu'il est noir - d'ailleurs vous m'apprenez qu'il est noir, je ne l'avais pas remarqué - mais parce qu'il a une nature d'acteur parfaite pour ce film est là. Le film est "color blind", il passe à travers la couleur de la peau des personnages. Pour moi c'est le Tom Hanks français : on aime voir l'Amérique à travers Tom Hanks, et on aime voir la France, même l'humanité à travers Omar Sy, il a une nature positive, bienveillante, il devrait être remboursé par la sécurité sociale". 

  • Légende du visuel principal: Michel Hazanavicius © AFP / VALERIE MACON / AFP
Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.