Un nouveau bilan publié ce mercredi 3 juillet indique une inquiétante montée du crime organisé dans les jeux d’argent. Philippe Ménard, chef du service central des courses et des jeux, nous livre son plan de bataille.

Le Bilan SIRASCO

Le 3 juillet 2019, le Service d’analyse du renseignement sur la criminalité organisée par le Police Judiciaire, aussi appelé SIRASCO, a publié son bilan annuel sur le crime organisé. La montée du réseau criminel dans les instances de jeux n’est pas passée inaperçue. Philippe Ménard, le chef du service central des courses et jeux a déclaré : 

Notre but est d’éviter l’infiltration des criminels dans l’univers du jeu.

En 2014, Philippe Ménard est nommé chef du service central des courses et jeux à la Direction centrale de police judiciaire par le ministre de l’Intérieur. Il remplace Jean-Pierre Alezra, dont le service était soupçonné de pratiques douteuses. 

Les centres ferment, les casinos ouvrent

La France compte 200 casinos, ce qui représente 38 % du parc européen. L'hexagone  est le seul pays, en Europe, à conditionner la présence d’une machine à sous. À Paris, où le seul club de jeu à moins de 100 kilomètres de la capitale est à Enghien-les-Bains, dans le Val d'Oise, le dernier cercle de jeux a fermé en septembre 2018. 

Philippe Ménard déclare qu’il souhaite mettre fin aux cercles de jeux clandestins. Pour cela, il annonce, en mai 2019, que 8 clubs de jeux s’apprêtent à ouvrir leurs portes, à Paris. Le premier a vu le jour en juin 2019 dans le XIIIe arrondissement de la capitale, il s’agit de l’Impérial Club Paris.

L’autre combat

Ce qui inquiète aussi bien la police que les psychologues, c’est l’augmentation du nombre d’adolescents qui s’adonnent à des paris sportifs. Bien que ce soit illégal, ils ne sont pas contrôlés dans les bureaux de tabac ou les PMU. Ce qui inquiète Philippe Ménard, c'est avant tout les risques d’addiction. 

Pour éviter cela, tous les points de ventes devront bientôt s’équiper de caméras. C’est en tout cas ce que prépare le chef du service des courses et jeux avec un texte qui devrait permettre aux parlementaires de légiférer à la fin de l’année.

Philippe Ménard, l’invité de 7 h 50 sur franceinter.fr 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.