L'Arabie Saoudite et le Qatar se disputent le leadership du monde sunnite et rompent leurs relations diplomatiques. Quelles conséquences pour la région ?

La politologue Fatiha Dazi-Héni
La politologue Fatiha Dazi-Héni

Fatiha Dazi-Héni est politologue, spécialiste des monarchies de la péninsule arabique, chercheuse à l’institut de recherche stratégique de l’Ecole militaire (IRSEM) et enseignante « monde arabe » à l’IEP de Lille.

Fatiha Dazi-Héni : "Cette mise au ban du Qatar par ses voisins est une surprise, en tout cas la virulence de la réaction de l'Arabie Saoudite etudu Barhein; il y a toujours eu des rivalités; il y a une volonté d'Abou Dabhi et de l'Arabie de stigmatiser le soutien aux Frères Musulmans."

Des rivalités anciennes notamment au sujet de l'Iran

Fatiha Dazi-Héni :"Le voyage de Trump a été spectaculaire et il a focalisé son attention sur le fait de contenir l'influence de l'Iran. Les Qatari ont félicité pour son élection le président iranien, il n'y avait pas lieu de mettre de l'huile sur le feu, ce qu'a fait Trump."

La lutte contre le terrorisme n'est pas une raison crédible. Pour Fatiha Dazi-Héni l'Arabie saoudite n'est pas la mieux placée pour accuser le Qatar. Elle mélange beaucoup les genres. "Les saoudiens reprochent au "Qatar ses déclarations sur l'Iran, et et Abou Dhabi reproche au #Qatar sa proximité avec les Frères Musulmans"

ALLEZ PLUS LOIN ||

►Qatar-France, des relations économiques qui pèsent sur la politique

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.