Jacques Monin, directeur de la cellule investigation de Radio France, est l'invité de Léa Salamé à 7h50.

Jacques Monin
Jacques Monin © Radio France / Christophe Abramovitz

Que doit-on attendre des Paradise papers ? Le Consortium international des journalistes d'investigation (l'ICIJ) révèle cette semaine, en partenariat avec France Inter et le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, un système globalisé d'optimisation fiscale qui, en toute légalité, soustrait une partie des impôts des pays vers les paradis fiscaux. Jacques Monin, directeur du service investigation de Radio France, raconte comment, tout au long de la semaine, les publications de l'équipe vont lever le voile sur des pratiques moralement condamnables, mais parfaitement conformes à la loi.

Le cabinet Appleby, d'où provient la fuite d'une partie des 13,5 millions de fichiers décortiqués par l'ICIJ, permet donc de dévoiler l'hypocrisie ou les liens douteux de certaines personnalités. Entre prises d'intérêt problématiques, dans le cas de l'entourage proche de Donald Trump, ou de caillou dans la chaussure pour Justin Trudeau, qui avait fait campagne en promettant de lutter contre l'optimisation fiscale, mais dont le financement de campagne provient d'un milliardaire concerné par les Paradise papers, on doit s'attendre à ce que ces révélations ébranlent l'opinion.

Des personnalités économiques françaises concernées

Madonna, Bono figurent parmi les noms des personnalités dont les actes seront dévoilés dans les jours à venir. Et en France ? Pas de personnalités politiques nous dit Jacques Monin, mais plusieurs ténors de l'Économie française.

Des personnalités qui n'ont été informées de l'enquête qu'au tout dernier moment, il y a quelques semaines, sans avoir peut-être conscience de l'ampleur du sujet. 

► L'intégralité des révélations à retrouver toute la semaine dans notre dossier : Paradise Papers

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.