Régine, chanteuse, est l'invitée de Léa Salamé à 7h50. À 89 ans, elle publie aux éditions Flammarion une galerie de portraits des personnalités qu'elle a côtoyés, "Gueules de la nuit".

Régine publie "Gueule de nuit" aux éditions Flammarion
Régine publie "Gueule de nuit" aux éditions Flammarion © Radio France / capture d'écran

C'est un ouvrage plein d'anecdotes drôles ou touchantes que publie l'icône de la nuit. Au micro de Léa Salamé, elle raconte cette psychologie si particulière des gens qui aimaient la nuit. Des gens parmi lesquels Serge Gainsbourg, Johnny Hallyday, Barbara, Françoise Sagan ou même, et cela peut sembler plus étonnant, Simone Veil.

Dans Gueules de la nuit (éditions Flammarion), on apprend notamment que Johnny Hallyday a "menti" toute sa vie sur un point : il a toujours dit regretté de n'avoir jamais rencontré Elvis Presley, son idole, parce qu'il avait peur qu'on lui reproche de l'imiter, mais ce n'est pas totalement vrai. Régine raconte comment elle a obligé l'idole des jeunes à aller saluer Presley, et comment ce dernier l'a passablement ignoré. Johnny lui avait alors dit : "on ne devrait jamais rencontrer ces idoles".

Régine qui a partagé des secrets et des moments d'intimité avec bien des gens, comme par exemple Serge Gainsbourg qui était d'une sensibilité incroyable. Elle raconte comment, avec l'artiste, elle s'était retrouvée à Venise à pleurer à chaudes larmes avec lui parce qu'on leur refusait l'entrée d'une synagogue.

Elle raconte encore comment Françoise Sagan, ce petit bout de femme, l'appelait "minou", elle qui faisait deux têtes de plus, et exerçait un magnétisme fascinant sur les gens qui l'entouraient.

Régine qui décrit enfin sa relation si particulière avec Simone Veil, avec qui elle ne parlait pas de leur passé commun de petites filles juives qui ont échappé aux nazis, mais de bien d'autres choses. Simone qui, dit elle, a joué un grand rôle dans sa vie et le joue toujours.

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.