Après son éviction, l’ancienne ministre de la Culture, qui assure avoir tourné la page du gouvernement, s’apprête à lancer un fonds d’investissement franco-coréen.

Fleur Pellerin lors de la cérémonie de passation de pouvoirs en février 2016
Fleur Pellerin lors de la cérémonie de passation de pouvoirs en février 2016 © Maxppp / Thomas Padilla

Après son éviction du gouvernement, l’ancienne ministre de la Culture s’apprête à lancer un fonds d’investissement franco-coréen. Elle était l'invitée de Léa Salamé ce jeudi matin et assure avoir tourné la page de la période gouvernementale : "Certains peuvent ressentir un manque de pouvoir après l'avoir quitté, moi ce n'est pas mon cas", explique-t-elle, ajoutant qu'elle a "toujours compris qu'être ministre, servir un gouvernement, c'est un bail précaire".

Pourquoi Fleur Pellerin a-t-elle été si brutalement évincée du gouvernement ? "J'ai tourné la page, je ne cherche pas à démêler les agendas politiques", dit-elle. "Mais j'ai du mal à penser que j'ai été virée parce que j'ai fait quelques erreurs de communication. Tout le travail d'un ministre peut-il être réduit au fait de ne pas savoir citer un livre de Modiano ?" demande-t-elle. Un excès de machisme dans la sphère politique, alors ? "Quand vous êtes une femme et que vous vous exprimez sur des sujets techniques, on vous regarde de travers", raconte-t-elle.

"L'augmentation du budget de la culture en 2017, c'est une bonne nouvelle à l'approche des élections de l'année prochaine", affirme l'ancienne ministre. "Ce qui est dommage c'est qu'on ait eu plusieurs années de baisse avant cette remonter, qui ne fait que compenser", nuance-t-elle toutefois, reconnaissant que le gouvernement a manqué de cohérence "sur le plan économique".

Qui pour représenter la gauche en 2017 ? Manuel Valls semble être une bonne option pour Fleur Pellerin, "mais le timing est mauvais pour 2017", alors que le président François Hollande prévoit de son côté de se prononcer sur sa candidature en fin d'année.

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.