Anne Bert, atteinte de la maladie de Charcot, va se faire euthanasier dans quelques semaines. Elle est obligée de se rendre en Belgique pour mourir dans la dignité.

La vie d'Anne Bert, 59 ans, s'achève dans quelques semaines. Atteinte d'une maladie incurable, elle va mourir dans la dignité en Belgique. Elle explique son choix dans le livre "e tout dernier été" publié aux éditions Fayard. Elle sera morte au moment de la parution en octobre.

Anne Bert : "La maladie de Charcot emmure et paralyse en quelques années. Je ne veux pas vivre l'horreur que me promet cette maladie. Il me faut une assistance totale, du lever au coucher. De toutes façons ce sera l'horreur, et après la mort".

Anne Bert : "Je n'ai pas totalement fixé la date de ma mort. j'ai suivi un processus en Belgique avec l'hôpital qui va me recevoir. la loi autorise la sédation jusqu'à la mort. il faut partir à un moment où on est vulnérable. devoir partir est d'une violence inouïe. l'équipe de Macron m'a répondu que les questions éthiques ne sont pas une priorité. La ministre de la santé m'a accordé un entretien par téléphone. La loi Leonetti est hypocrite. .. Il n'y a pas d'émotions particulières quand je regarde mon jardin. Sûrement quelque chose en moi ne peut concevoir que c'est la dernière fois. Ce n'est pas bouleversant. J'ai imaginé comment j'allais être morte. ".

L'intégralité de l'entretien

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.