L'Inde a annoncé qu'elle révoquait l'autonomie constitutionnelle du Cachemire, une région revendiquée par le Pakistan. Que signifie cette décision et que révèle-t-elle de la vision stratégique du premier ministre indien ? Charlotte Thomas, chercheuse au sein du collectif Noria, est l'invitée de Pierre Weill à 7h50.

Avec la révocation de son autonomie constitutionnelle, le Cachemire est censé devenir un territoire indien, non plus dirigé par un gouvernement élu mais par un gouverneur nommé par New Delhi, explique la chercheuse Charlotte Thomas. "L'intégration pleine et entière du Cachemire est au cœur de l'ADN indien depuis 1947, souligne-t-elle. Quelle que soit la couleur politique du gouvernement en place, et a fortiori chez les nationalistes hindous"

L'une des questions qui se posent à présent, selon elle, est la façon dont va réagir l'insurrection armée au Cachemire. "Très clairement, New Delhi utilise la force pour faire taire les dissensions". Quant au Pakistan voisin, "on l'imagine mal se lancer dans une escalade armée et meurtrière. Pour l'instant en tous cas", estime Charlotte Thomas.

À lire : Pogroms et ghettos, les musulmans dans l'Inde contemporaine de Charlotte Thomas, éditions Karthala, 2018.

  • Légende du visuel principal: Des activistes pakistanais brûlent un drapeau à l'effigie de Narendra Modi, à Lahore, le 5 août. © AFP / Arif Ali
Les invités
  • Charlotte ThomasChercheuse, directrice du programme Asie du sud du collectif de recherche Noria
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.