La proposition socialiste de loi relative à l'extension du délit d'entrave à l'IVG est examinée au Sénat, la Ministre de Famille est l'invitée de Léa Salamé

Laurence Rossignol, ministre de la famille, en visite aux bureaux de Solidarité Femmes, Paris - 25 novembre 2016
Laurence Rossignol, ministre de la famille, en visite aux bureaux de Solidarité Femmes, Paris - 25 novembre 2016 © AFP / Patrick Kovarik

La proposition socialiste de loi relative à l'extension du délit d'entrave à l'IVG est examinée au Sénat, la Ministre de Famille est l'invitée de Léa Salamé.

La ministre défend donc l'interdiction de certains sites qui, sous couvert d'information aux femmes qui se renseignent sur l'IVG, font tout pour les dissuader d'avoir recours à l'avortement. " Les femmes qui appelent les numéros verts de ces sites sont en contact avec des écoutantes, dont on ne sait pas qui elles sont, et qui vont essayer de dissuader les femmes de recourir à une IVG, avec des bêtises scientifiques: elles expliquent que l'IVG est un traumatisme définitif pour les femmes, qu'elles feront des cauchemars toute leur vie, que les enfants qui naîtront ensuite seront aussi traumatisés, que l'IVG rend stérile, etc. Ce sont des bêtises médicales. Nuire, c'est profiter d'un moment où les femmes sont en recherche d'information, pour les faire douter de leur capacité à prendre elles-mêmes leur décisions".

Interrogée par Léa Salamé sur l'entrée en campagne de Manuel Valls, la ministre lui confirme son soutien à la primaire de la gauche: "Je soutiens Manuel Valls parce que je n'imagine pas une élection présidentielle qui se ferait avec des candidats de droite ou de gauche qui tous piétineraient le quinquennat ou s’essuieraient les pieds dessus. Je ne veux pas que le bilan de ce quinquennat soit réduit à la déchéance de nationalité et à la loi travail".

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.