Après sa conférence de presse, François Fillon a réuni son comité politique, une nouvelle structure pour relancer sa campagne, dans un climat de doutes chez LR et au-delà.

Thierry Solère
Thierry Solère © Maxppp / Vincent Isore

Après sa conférence de presse François Fillon a réuni son comité politique, une nouvelle structure pour relancer sa campagne. Son porte-parole est l'invité de Léa Salamé.

Ce comité de campagne, qui regroupe, outre l'ex-Premier ministre, 23 personnalités, comme Jean-Christophe Lagarde, Brice Hortefeux, Gérard Larcher, François Baroin, Laurent Wauquiez ou Xavier Bertrand, s'est réuni, pour la première fois dans son nouveau format. A partir de la semaine prochaine, le comité de campagne se réunira tous les mardis à 12h.

Pourquoi Pénélope Fillon ne parle-t-elle pas ?

"Il y a un sujet de droit, d'éthique et de politique. Le sujet d'éthique et politique c'est au candidat de répondre. Il faut du courage pour reconnaître ses erreurs et pour affronter cette polémique, a dit Thierry Solère.

François Fillon a fait une totale transparence que j'aimerais voir chez tous les autres candidats.

M. Macron ou Mme Le Pen pourraient en faire autant.

La meute de journalistes qui posent des questions est aux basques de François Fillon. Je ne les ai pas vus s'interroger sur la saisie sur salaire concernant sur Marine Le Pen."

Du changement il en faut

Pour Thierry Solère, "la représentation nationale ne doit pas avoir un statut qui crée de la défiance. Attention de ne pas rentrer dans des systèmes hypocrites où il suffirait de ne pas se marier pour être tranquille.

Je suis parlementaire je ne rentrerai pas dans le populisme. Quand on voit les salaires des animateurs de télévision, est-ce justifié ? 3 000 euros est-ce trop pour des assistants parlementaires qui ont fait des études ?"

Pourquoi François Fillon attaque-t-il la presse ?

"On est à 75 jours de la présidentielle et on a un hallali médiatique comme jamais contre quelqu'un qui n'a jamais eu à faire à la justice."

Pour Thierry Solère, la classe médiatique organise un système pour montrer que François Fillon devait sortir de la présidentielle, qu'il devait payer à lui seul pour les difficultés de la société françaises. "Il y a des choses qui doivent évoluer d'un point de vue éthique. Qu'on interroge la famille Le Pen. Marine a 320 000 euros de saisie pour emploi fictif au Parlement européen."

Le sort de François Fillon reste suspendu à l'enquête ouverte par le Parquet national financier (PNF) pour détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel de ces délits, le candidat ayant promis qu'il renoncerait s'il était mis en examen.

►POUR EN SAVOIR PLUS | Retour sur la conférence de presse de François Fillon : "Il n’y a pas d’autre solution, il n’y a pas de plan B"

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.