Sibyle Veil, présidente de Radio France, est l'invitée de Léa Salamé à 7h50, pour évoquer la grande consultation auprès des auditeurs de Radio France.

La grande consultation lancée par Radio France et France Télévisions a recueilli 127 000 réponses. Un succès pour la présidente de Radio France, qui souhaite remercier ceux qui ont répondu. Le niveau très élevé de réponses est pour elle "la première surprise" et montre "leur attachement à leur chaîne".

D'après les résultats de cette consultation, "nos radios sont positionnées sur leur mission de service public. Il y avait beaucoup de déclarations d’amour dans ces remarques d'auditeurs." Elle note aussi beaucoup d’attente sur l’information, le décryptage, la sensibilisation, l'investigation.

Elle remarque un niveau élevé de "confiance dans nos radios de service public. Les audiences augmentent en continu, et j’y vois un lien."

La lutte contre les fake news, une demande forte

Pour la dirigeante de Radio France, avec notamment le service d’investigation de Radio France, le décryptage est réalisé au quotidien mais il en faut plus. "Il faut trouver le moyen de s’adresser à ceux qui ne nous écoutent pas, c’est-à-dire les jeunes."

L’augmentation des nos audiences "s’accompagne d’un rajeunissement". "Il faut être plus présent sur les réseaux sociaux. Le problème en France, ce sont les réseaux sociaux : c’est là que pullulent les fausses informations."

Sur l'idée d'un conseil de déontologie : "je constate que dans pas mal de pays européens de telles instances ont été mises en place", des cas où cela a selon elle amélioré la confiance envers les journalistes. "Cela permet de faire la différence entre les journalistes et les personnes sur les réseaux sociaux." Pour la présidente de Radio France, "il faut réguler les réseaux sociaux. Il faut être plus présent. Le problème en France, ce sont les réseaux sociaux : c’est là que pullulent les fausses informations."

Légende du visuel principal:
Sibyle Veil © AFP
Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.