Sylvain Tesson, écrivain et voyageur français, est l'invité du 7h50 du samedi 8 août pour présenter la réédition de son livre "Un été avec Homère", inspiré de sa série d'été en 2017 sur France Inter. Une co-édition Équateurs et France Inter.

Sylvain Tesson, chez lui, juin 2018
Sylvain Tesson, chez lui, juin 2018 © Radio France / Vincent Josse

C'est en classe de sixième que Sylvain Tesson découvre les poèmes d’Homère, à une époque où il avait "davantage envie d'aller dehors que de suivre les aventures d'Ulysse". Mais il finit par les redécouvrir plus tard, une fois adulte. 

Écolier, adolescent ou adulte, (...) le poème homérique imprime des choses différentes sur votre esprit et sur votre être. - Sylvain Tesson

Une conversation avec les éléments

Pour préparer sa série d'été, l'écrivain et voyageur est parti sous le ciel de la Grèce et a vécu dans "la lumière qui a probablement baigné Homère". De cette manière, Sylvain Tesson mène une conversation avec les éléments et la géographie que le poète grec diffuse dans ses vers, et auxquels il dit être très sensible.

Des éléments que l'on retrouve dans les tableaux de Laurence Bost, l'artiste-peintre invitée à bord lors de son voyage sur les pas d'Ulysse et de la géographie homérique de l’helléniste Victor Bérard pour Arte avec le réalisateur Christophe Raylat. "Ça me semblait nécessaire de convier un peintre" pour "capter le motif et la substance" de chaque journée de voyage. 

La conversation est là : un artiste regarde, et dit ce que le monde lui a dit. - Sylvain Tesson

Une odyssée actuelle

Dans l'écriture d’Homère, Sylvain Tesson perçoit des similitudes et des allusions avec notre époque : "Les poèmes d’Homère sont un bréviaire du temps contemporain. C'est ce qui fait à la fois son charme et son ridicule". Le cheval de Troie ou la colère d'Achille, autant d'événements qui nous permette de faire une analogie avec la crise sanitaire que nous vivons actuellement selon l'écrivain.

"On a besoin de la mythologie antique pour traverser le royaume de l'enfance"

Sylvain Tesson se montre critique vis à vis de l'éducation nationale et de ses programmes de lecture. Il prend exemple sur Heinrich Schliemann "un petit garçon de milieu ordinaire à la fin du XIXème" qui expliquait combien ses années d'enfant avait été baignées poétiquement par la lecture de l'Odyssée et de l'Iliade, preuve pour l'écrivain que ce sont des textes très compréhensibles qui méritent d'être davantage reçus par les plus jeunes.

Que sait un expert de la pédagogie de l'amour d'un enfant pour le mystère ? - Sylvain Tesson

Selon lui, Harry Potter est une recomposition de mythologie "qui prouve la capacité extraordinaire de l'enfant d'accueillir l'imagination".

  • Un été avec Homère par Sylvain Tesson, aux éditions Equateurs, une co-édition France Inter.
Contact