En pleine affaire sur les emplois présumés fictifs qui touchent François Fillon, l'ancien juge anti-corruption qui a rallié Emmanuel Macron est l'invité de Léa Salamé.

Eric Halphen lors du meeting d'Emmanuel Macron le 4 février 2017
Eric Halphen lors du meeting d'Emmanuel Macron le 4 février 2017 © Maxppp / Maxime JEGAT

En pleine affaire sur les emplois présumés fictifs qui touchent François Fillon, l'ancien juge anti-corruption qui a rallié Emmanuel Macron est l'invité de Léa Salamé.

Eric Halphen est revenu tout d'abord sur l'affaire judiciaire qui rythme la campagne depuis une dizaine de jours et déplore non pas un problème de "transparence", mais "un problème d'honnêteté". L'ancien juge a rappelé que cette affaire judiciaire a lieu en ce moment précis, comme celle de Bygmalion, parce que "des gens, politiques", ont donné des informations "au moins" à la presse, obligeant la justice à enquêter.

Mais Eric Halphen insiste, revenant sur les rumeurs, d'homosexualité notamment, qui ont été récemment démenties par Emmanuel Macron.

"Le secret de l'instruction ne peut plus être gardé, donc supprimons le"

Interrogé enfin sur les révélations dans la presse sur bon nombre d'affaires, Eric Halphen a expliqué que le secret de l'instruction était rarement respecté, notamment parce que la procédure judiciaire oblige les enquêteurs et les juges à communiquer avec les avocats, avec les ministères, qui eux, n'y sont pas soumis. Eric Halphen a donc réclamé "la suppression" du secret de l'instruction.

►►► REVOIR | L'interview d'Eric Halphen par Léa Salamé en intégralité

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.