François Sureau est l'invité de Léa Salamé à 7H50

François Sureau, écrivain et avocat, est l'invité de Léa Salamé. Il réagit à la montée du conspirationnisme en France et tempère : "Ce n'est pas trop tard".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

J'ai passé mon enfance où le complotisme était partout, communiste, réactionnaire  (...) On a passé notre vie dans le mensonge politique, rien de nouveau là-dessous

A propos de la loi sur les Fake News : "c'est très inquiétant, estime l'avocat, une politique de nurserie et de contrôle administratif :  je ne veux rien de ça."

"Nous avons affaire a un phénomène d'une ampleur absolu, avec la disparition de grands référénts intellectuels dans les journaux" (...) explique l'avocat qui estime que "vous trouvez [dans les journaux] des référents publicitaires, des usines de fake news"

Sur la politique migratoire du gouvernement, qui veut renforcer le contrôle des migrants et instaurer un tri :  

Pensez vous que quelqu'un qui a été sous les bombes va se laisser décourager par les flics sur boulevard de la Villette?

"La conversion à l'humanisme d'Estrosi me fascine" explique aussi François Sureau, qui rappelle que quand la presse parle de migrants, "on voit des images apocalyptiques", alors qu'on a "autant de demandes qu'en 1956". Et pour tordre le cou à une rumeur, l'avocat affirme enfin : "Je n'ai pas écris le discours de François Fillon au Trocadéro en même temps que j'écrivais les statuts du mouvement la République en Marche".

  • Légende du visuel principal: Francois Sureau © AFP / ULF ANDERSEN
Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.