Jonathan Littell, écrivain et réalisateur, auteur de "Une vieille histoire" (Gallimard), est l'invité de Léa Salamé à 7h50.

Jonathan Littell publie "Une vieille histoire, nouvelle version"
Jonathan Littell publie "Une vieille histoire, nouvelle version" © AFP / ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

Douze ans après avoir remporté le Prix Goncourt avec Les bienveillantes, l'écrivain franco-américain de 50 ans publie son nouveau roman : Une vieille histoire, nouvelle version (Gallimard). Sexe, solitude, guerre, rapports humains, violence… Autant de thèmes que l’on retrouve dans l’ouvrage de Jonathan Littell.

Le sexe omniprésent 

Orgies, viols, toutes formes de sexe apparaissent dans le dernier roman de Littell : " Ce qui m'intéresse ce sont les pulsions. Les pulsions sexuelles sont parmi les plus fortes (...) elles vont de pair avec d'autres types de pulsions."

L’identité

Selon Littell, chaque fois que l’on ouvre un journal, la question identitaire revient en force : 

" La question de l'identité est un vrai piège à cons. C'est un refuge pour les faibles, pour ceux qui ont peur".

Tous mes personnages sont seuls, mais ils essayent de ne pas l'être

La guerre en Syrie

Jonathan Littell a écrit, en 2012, Carnets de Homs (Gallimard). De la situation en Syrie aujourd'hui, il dit : 

"C'est une erreur de ne pas être intervenu au début. On en paye le prix fort avec le terrorisme, le renforcement des Russes et de l'Iran qui affaiblit les démocraties".

Les migrants 

La crise des migrants est l’une des conséquences de la guerre en Syrie. Littell a travaillé avec l’ONG Action contre la faim de 1994 à 2001, notamment en Bosnie Herzégovine, en Tchétchénie, en RDC, en Sierra Leone ( il a d'ailleurs réalisé un long-métrage sur les enfants-soldats de cette zone, Wrong Elements, sorti au printemps 2017) et en Afghanistan.  Il n’y a pas de crise de l’empathie selon lui, car la situation était la même en Bosnie : "Dès qu’il y a trop de gens trop visibles qui arrivent, tout le monde râle".

Les pamphlets de Céline

Le dernier roman de Jonathan Littell est publié chez Gallimard, et son éditeur,  Antoine Gallimard a récemment provoqué une polémique : il hésite à publier les pamphlets de Céline.

Pour Littell, "il faut les publier, avec un appareil critique, faire une œuvre complète avec tous les livres, les carnets, les correspondances, les pamphlets". Les pamphlets seraient ainsi insérés dans un cadre car " les pamphlets tous seuls n'ont aucun intérêt".

Selon lui, ces "Pamphlets" sont mal écrits, car dès que Céline parle des Juifs, "sa langue meurt".

Littell et sa rareté dans les médias

L’écrivain vit aujourd’hui à Barcelone avec sa famille, et se fait rare dans les médias français. "L'auteur n'est pas le mieux placé pour parler de son livre. L'exercice est inutile. Toutes les clés doivent être dans le livre ", estime-t-il. 

Il prend l’exemple du peintre britannique Francis Bacon, sur lequel Littell a travaillé, qui a beaucoup parlé de son travail mais qui a aussi "beaucoup menti" sur la signification de son œuvre : " Moi ça ne m’intéresse pas. Je n’ai pas envie de mentir."

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.