Yasmina Reza, écrivaine, est l'invitée de Léa Salamé à 7h50.

Yasmina Reza au Festival du cinéma américain de Deauville en 2017
Yasmina Reza au Festival du cinéma américain de Deauville en 2017 © AFP / CHARLY TRIBALLEAU

Yasmina Reza nous présente sa pièce Bella Figura qui met en scène Emmanuelle Devos aux théâtre du Rond-Point à Paris (du 7 novembre au 31 décembre). 

Yasmina Reza : "Bella Figura est un extrait de dialogue. c'est une expression à plusieurs sens, elle sonne aussi comme une philosophie de la vie. On gagne à garder bonne figure". 

L'injonction de faire bonne figure s'adresse t elle plus aux hommes ou aux femmes ? 

Yasmina Reza : "Non. J'ai toujours écrit des choses désespérées; ça peut ne pas apparaître parce qu'il y a de la fantaisie. C'est difficile de franchir les règles de la bien-séance. La vie est lourde en réalité"

Au sujet de flots de paroles qui se libèrent depuis la révélation du scandale Weinstein

Yasmina Reza : "J'ai du mal à parler comme femme. J'ai du mal avec l'opinion publique, ça tombe dans la cacophonie. Je préfère écrire. Je n'ai aucune intention de libérer ma parole."

Les femmes sont-elles assignées à un rôle de victimes ? 

Yasmina Reza : "Elles font beaucoup pour cela. Il vaut mieux ne rien dire". 

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.