Le Commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton, est l'invité de Léa Salamé. Il réagit notamment au changement d'administration aux États-Unis.

"L’Europe est sortie clairement de l’ère de la naïveté : c’est incontestable et c’est désormais un fait acquis", assure le commissaire européen. "Quoiqu’il se passe aux États-Unis, l’Europe a compris qu’elle ne pouvait plus se permettre d’être naïve. Bien sûr, l’Amérique a désormais un nouveau visage, mais elle reste l’Amérique et l’Europe reste l’Europe. C’est dans ce contexte que nous abordons les relations avec la nouvelle administration Biden. Les États-Unis vont continuer à défendre leurs intérêts, et nous sommes plus que jamais certains que nous sommes seuls pour gérer notre destin."

"Nous avons clairement identifié les points où nous sommes en désaccord et nous protégerons l’intérêt de nos concitoyens européens et des entreprises européennes."

Qu'en sera-t-il de la future taxe sur les GAFAM, l'un des points de tension avec les États-Unis ? "Le texte que je porte (Digital Service Act) est beaucoup plus large, et doit nous permettre d’organiser, de réguler l’espace informationnel, l’espace numérique. C’est le télétravail, l’apprentissage à distance, les réseaux sociaux… Nous devons organiser cet espace. Il y a aussi la question des impôts. Cet espace est encore une zone de non-droit, mais nous avons décidé, en Europe, que c’était fini."

Une taxe sur les GAFAM d'ici juin 2021

Thierry Breton rappelle que "nous avions une discussion engagée sous l’égide de l’OCDE, les États-Unis en sont sortis début septembre. Ils peuvent revenir ! Nous avons donné jusqu’à juin pour finir cette négociation, mais si tous les autres pays sont d’accord, l’Europe prendra ses responsabilités et nous créerons une taxe."

"Ça fait plus d’un an que je travaille sur ce sujet : on est prêts", assure-t-il. "Cette régulation va imposer des obligations à l’ensemble des plateformes, y compris de réactivité. La dernière régulation datait de 2000, c’était la directive e-commerce : depuis 20 ans, on n’a pas régulé ! Nous allons pouvoir y greffer des régulations spécifiques, comme celle concernant les contenus haineux, avec des obligations de retrait. Chaque État sera maître de définir ce qu’il souhaite retirer."

Le plan d’aide européen suite au Covid sera-t-il suffisant ? "On a été le premier continent à réagir aussi vite, les États-Unis sont encore en train de discuter. Est-ce que ce sera suffisant ? Pour l’instant, on travaille avec. Mais l'Europe a démontré qu’elle était présente et solidaire, elle le sera désormais quoiqu’il arrive."

  • Légende du visuel principal: Thierry Breton © AFP / JOHN THYS
Les invités
L'équipe
Contact