Laurent Pietraszewski, secrétaire d'État chargé des Retraites, est l'invité de Léa Salamé à 7h50.

Alors que les parlementaires doivent examiner plusieurs dizaines de milliers d'amendements d'ici mercredi, le secrétaire d'Etat chargé des Retraites explique que "le volume d'amendements  ne plaide pas pour une solution immédiate". 

 On a déjà une dizaine d'amendement acceptés, qui viennent de tous bords, on peut faire avancer ce texte   "C'est pas le sujet, le 49.3. Avec ça, on ne travaille pas le fond du texte" estime-t-il.   

"On est là pour travailler le fond du texte et ce n'est pas avec un 49-3 qu'on travaillera le fond du texte. On peut exprimer une opposition au texte, on peut discuter projet contre projet, c'est ça qui est intéressant à l'Assemblée, mais faire de l'obstruction pour empêcher l'ensemble des oppositions, mais aussi la majorité de s'exprimer, ça ce n'est pas acceptable."

Sur la méthode de fixation de la valeur du point : "C'est un indicateur ultra technique, suivi par l'INSEE depuis longtemps."      

À propos du mouvement des avocats contre la réforme des retraites, Laurent Pietraszewski est formel : "Il faut qu'on puisse continuer à dialoguer"

Et sur la revalorisation de salaires des enseignants : "Le chiffre de 10 milliards est toujours sur la table"

Enfin sur la possibilité de puiser dans les réserves des régimes complémentaires :"Le gouvernement ne va procéder à aucune ponction de ces réserves" explique-t-il, en apportant des précisions.

  • Légende du visuel principal: Laurent Pietraszewski, Secrétaire d'Etat chargé des Retraites, lors d'une séance à l'Assemblée le 4 février dernier. © AFP / Thomas SAMSON
Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.