Danielle Simonnet, conseillère de Paris et candidate "Décidons Paris" à la Mairie de Paris, est l'invitée de Léa Salamé à 7h50.

"La crise du coronavirus doit alerter sur l'importance d'un service public de santé fort" estime Danielle Simonnet, qui ajoute  : "Avec la bourse qui dévisse : comment croire qu'il est responsable faire dépendre notre système de retraite de la retraite par capitalisation?" Sur la campagne en temps de coronavirus, la candidate à la mairie de Paris explique : "On continue le terrain mais on ne se serre pas la main".

Sur la notion de "municipalisme" présente dans son programme, elle explique qu'il s'agit de "provoquer des référendums" sur plusieurs sujets, comme par exemple sur l'encadrement des loyers : "Beaucoup de décisions sont prises sans l'accord des Parisiens.nes"  

"Il n'est pas normal que la mairie n'ait aucune compétence dans la régulation et le contrôle d'Airbnb"

Quant à l'organisation de grandes manifestations, Danielle Simonnet est catégorique : "Les JO les plus écologiques sont ceux qui n'auront pas lieu."   

Transports en commun, vélo gratuit à 16 ans...La députée met en avant ses propositions pour les jeunes, comme ce droit aux colonies de vacances pour tous les jeunes Parisiens : "Aujourd'hui, il n'y a pas un jeune sur 50 qui participe à ces colonies [dont] ils ont réduit les budgets". 

Et à quelques jours du premier tour de scrutin, elle ne réitère pas ses propos à l'égard de la maire sortante Anne Hildago, à nouveau candidate, mais estime que "tous sont en train de courir derrière monsieur Villani".

  • Légende du visuel principal: Danielle Simonnet © AFP / JOEL SAGET / AFP
Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.