Au lendemain de son meeting national à Paris salle Wagram, la candidate à la primaire de la droite et du centre est l'invitée de Léa Salamé.

Nathalie Kosciusko-Morizet au micro de France Inter
Nathalie Kosciusko-Morizet au micro de France Inter © Radio France

Au lendemain de son meeting national à Paris salle Wagram, la candidate à la primaire de la droite et du centre est l'invitée de Léa Salamé. Elle a réagi sur la récente élection de Donald Trump, qui devient le 45e président des États-Unis.

►►► REVOIR | NKM interviewée par Léa Salamé

Nathalie Kosciusko-Morizet a critiqué la position de certains responsables politiques français, après l'élection du candidat républicain : "on comprend bien la position de la politique française de ceux qui cherchent à tirer l'avantage" de cette élection et qui jouent sur "la colère" des Français. Mais la candidate à la primaire se détache dans sa réponse à cette colère : "la question c'est : est-ce que vous voulezl' instrumentaliser, surfer dessus ?" Pour NKM, "l'enjeu, c'est de faire en sorte que demain, tout le monde puisse en profiter"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Clinton battue parce que c'était une femme ? Pas pour NKM

Pour NKM, "le plafond de verre" n'explique pas l'échec d'Hillary Clinton. Le vote des femmes est selon elle à tempérer et si Clinton a perdu, c'est parce qu'elle a reproduit un schéma qui s'était déjà révélé perdant par le passé : _"Quand on perd une élection, il faut réfléchir à pourquoi [_et non dire] si on a perdu, c'est parce que les électeurs se sont trompés".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Enfin, l'ancienne ministre de l'Écologie s'est montrée confiante sur les accords de Paris. "Donald Trump a dit tout et son contraire" a rappelé la candidate à la primaire qui se rassure aussi en expliquant que "le président américain a moins de pouvoir que le président français" : "Donald Trump, qui a passé sa campagne à critiqué l'inaction de Barack Obama, va à son tour se heurter au contre-pouvoir américain".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.