Le secrétaire d'État américain Rex Tillerson entame demain sa première visite à Moscou. Le ministre conseiller de l'Ambassade de Russie en France est l'invité d'Alexandra Bensaid.

Ministre conseiller de l'ambassade de Russie en France, Artem Studennikov, est l'invité d'Alexandra Bensaid
Ministre conseiller de l'ambassade de Russie en France, Artem Studennikov, est l'invité d'Alexandra Bensaid © AFP / Alain Jocard

A quelques heures de la première visite du secrétaire d'État américain, Rex Tillerson, à Moscou, Artem Studennikov, ministre conseiller de l'ambassade de Russie en France, a réagi ce mardi à l'intervention américaine en Syrie après une attaque à l'arme chimique contre des civils, attaque qui a fait au moins 87 victimes. Intervention qualifiée d' "attaque isolée", de "signal" par le diplomate, destinée davantage à la Corée du Nord ou l'Iran.

La Russie, accusée de n'avoir pas diffusé les images des enfants victimes de cette attaque, demeure critiquée pour son soutien à Bachar el-Assad. Une critique dont s'est défendu Artem Studennikov, assurant qu'il n'y a pas eu de censure.

Le diplomate estime cependant que Moscou ne peut pas se baser uniquement sur "des photos" diffusées par des médias et souhaite envoyer une mission d'experts.

Moscou et Washington "condamnés à intervenir ensemble"

La visite du secrétaire d'État américain se fera sans la traditionnelle réception au Kremlin. Une sanction de Vladimir Poutine après l'intervention américaine ? Artem Studennikov a balayé l'accusation, assurant que Rex Tillerson serait simplement "accueilli par son homologue", ce que Vladimir Poutine n'est pas.

Pour le ministre conseiller de l'Ambassade de Russie en France, cela ne signifie pas qu'il existe davantage de tensions entre la Russie et le gouvernement de Donald Trump qu'avec celui de Barack Obama. Au contraire, Artem Studennikov assure que Moscou veut "travailler" avec Washington. Et est même "condamné" à le faire, sur certains sujets tels que la lutte contre le terrorisme.

► REVOIR | L'interview d'Artem Studennikov au micro d'Alexandra Bensaid

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.