Le Président du Conseil Constitutionnel et haut-référent d'ONU Environnement pour la gouvernance environnementale est l'invité de Léa Salamé.

Laurent Fabius
Laurent Fabius © AFP / Lionel Bonaventure

Le "One Planet Summit" doit réunir mardi une cinquantaine de dirigeants internationaux dans la capitale française deux ans après l'adoption de l'Accord de Paris. Ce sommet doit se concentrer sur la question du financement de la lutte contre le changement climatique. Le président Macron a programmé ce rendez-vous juste après l'annonce du retrait américain de l'Accord de Paris. Quelque 2.000 "acteurs-clés" du public et du privé doivent se rassembler pour les deux ans de l'accord de Paris sur le climat. 

En l'absence du président Donald Trump, les Etats-Unis ne seront représentés que par le chargé d'affaires de l'ambassade à Paris, sur décision de la Maison Blanche.

En revanche, de nombreux Américains impliqués dans les questions climatiques ont répondu favorablement, comme l'acteur Leonardo DiCaprio, le milliardaire Bill Gates, l'ex-gouverneur de la Californie Arnold Schwarzenegger et l'ancien maire de New York Michael Bloomberg, dont la fondation finance en partie le sommet

Le financement public de la COP 21 n'est pas suffisant

Laurent Fabius rappelle qu'aujourd’hui 7 millions de personnes meurent à cause de la pollution. L’idée du One Planet Summit est de faciliter le financement de l’accord de Paris. 

Le financement public n’est pas encore au rendez-vous. 

Les américains s’étaeint engagés pour certaines sommes qu’il faudra bien compenser. 

Pour le financement privé, tout le monde doit comprendre que c’est une nécessité morale mais aussi une bonne affaire.

Les allemands ont un problème avec le charbon.  C’est un des enjeux de la nouvelle coalition. 

C’est là où la décision de Trump est redoutable, explique Laurent Fabius. Des pays signataires se disent aujoud’hui "pourquoi aller de l’avant si" le plus grand pays du monde freine des 4 fers ?".

Il y a beaucoup  d'initiatives formidables mais les chiffres sont catastrophiques. C’est pas foutu, mais le juge de paix c’est entre aujourd’hui et 2020 . 

La taxe européenne contre le réchauffement climatique.

C’est une idée ancienne, une bonne idée, selon Laurent Fabius. Est-ce faisable ?  Un pays ne peut pas le faire tout seul ; il faut convaincre les autres pays européens. 

Qu'est ce que serait le pacte mondial pour l’environnement ? 

Ce pacte pourrait régir les principes à appliquer pour les particuliers, les entreprises et les états. Ce serait un traité avec force obligatoire. Il est discuté diplomatiquement à l’ONU. 

Si on y arrive ce sera le premier traité mondial de ce genre. 

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.