L'épidémiologiste Emmanuelle Amar, directrice du registre des malformations de Rhône-Alpes, avait lancé l'alerte sur les bébés sans bras dans l'Ain. En attendant les conclusions d'un rapport d'experts, elle est l'invitée de Frédéric Métézeau.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Getty / ER Productions Limited

Le rapport national final d'un comité d'experts mis en place en février était attendu fin juin, mais c'est finalement ce jeudi 11 juillet que les familles et associations seront réunies pour connaître ses conclusions. Cette malformation des bras des bébés est appelée "agénésie transverse des membres supérieurs" (ATMS). Elle a été constatée dans l'Ain, puis dans d'autres départements français en nombre anormalement élevé. A ce jour, les causes sont inconnues. 

Cette malfornmation se caractérise par l'absence de formation d'une main, d'un avant-bras ou d'un bras au cours du développement de l'embryon. Plusieurs cas groupés de naissances de bébés touchés par ce type de malformations ont été identifiés ces dernières années en France : dans l'Ain (8 naissances entre 2009 et 2014), la Loire-Atlantique (3 entre 2007 et 2008) et le Morbihan (4 entre 2011 et 2013)

En 2018 Santé France conclut qu'il n'y a rien d'anormal. 

L'Agence nationale de sécurité sanitaire et de l'environnement (Anses) annonce d'ores et déjà que "le comité d'experts scientifiques va recommander que des investigations soient faites dans les endroits où des anomalies ont été observées". 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.