Le Président Macron a chargé l'animateur de télé et de radio d'une mission pour la sauvegarde du patrimoine rural. Il vient en parler au micro de Léa Salamé à 7h50.

"Sauver le patrimoine local, c'est redynamiser le territoire" explique Stéphane Bern, qui explique pourquoi il a accepté la mission confiée par Emmanuel Macron : "Quand l'état vient vous chercher, j'ai accepté par patriotisme."

Pourquoi un loto ?  "C'est une idée qui marche très fort en Grande-Bretagne (...) 2000 Il y a eu chez nous 2000 dossiers étudiés par la Drac, les autres seront en deuxième ligne, il y aura un loto l'année prochaine, c'est une idée destinée à devenir perenne. Il y a les urgences et j'ai choisi, moi, 18 lieux".  Stéphane Bern poursuit, à propos du ticket de grattage à 15 euros : "75% de la part va aux gagnants. Le ticket 15 euros, ce sont les tickets de grattage, davantage soutenu par la Française des jeux, c'est un nouveau marché pour eux... La grille de loto, elle, coûte 3 euros et il y a 10% qui va directement à la Fondation du patrimoine. J'espère donner au patrimoine 15 à 20 millions d'euros."

"Une église, sauvée dans une ville ou une commune de 150 habitants, coûte la même chose" explique Stéphane Bern qui affirme "moi je suis bénévole dans cette affaire". Pas de politique, affirme-t-il : "Je discute autant avec Alexis Corbière qu'avec Guillaume Peltier, je met ma notoriété au service d'une cause."

Sur la polémique de Pierre Loti : "c'est facile de faire des anachronismes mémoriels (...) Il faut faire la différence entre l'oeuvre et l'homme."

Sur la diminution du rôle des architectes, induit dans la loi Elan, Stéphane Bern affirme mettre en garde Emmanuel Macron : "Je lui dis attention en face et devant tout le monde à l'Élysée, je l'ai vu sourire nerveusement" 

"Je n'ai pas été nommé là par amitié (...) mais Emmanuel Macron est le premier président que je rencontre qui aime à ce point le patrimoine" affirme l'animateur télé.

Légende du visuel principal:
Stéphane Bern © AFP / L. Morin
Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.