Éric Dupond-Moretti, Garde des Sceaux, ministre de la Justice, est l'invité de 7h50.

Après le décès de Michel Fourniret, le ministre de la Justice dit "je comprends la frustration des familles qui n'obtiendront jamais les réponses qu'elles espéraient" et  évoque le projet d'une juridiction spécialisée, à l'étude, pour les affaires non élucidées. 

Il évoque plusieurs mesures prochainement en vigueur. "Nous avons décliné plusieurs mesures, attendues par les syndicats ou bien le fruit de notre réflexion". Éric Dupond-Moretti évoque donc un souhait de véritable dialogue entre la police et la justice, avec la mise en place d'un référent du parquet à disposition de la police, dans chaque tribunaux judiciaire. "C’est grâce aux 2000 embauches que l’on peut faire cela" affirme-t-il.

D'ici le 1er juillet un observatoire de la réponse pénale sera créé, car "on pourra discuter sur les mêmes statistiques, et nous verrons l’homogénéité de la réponse pénale partout en France". Éric Dupond-Moretti souhaite rapprocher l'école nationale de la magistrature et l'école de la police, "je veux que les magistrats montent dans la voiture de la bac".  

Mesure phare du dispositif : "une peine de sureté de 30 ans ceux qui portent atteinte aux policiers" explique le ministre, pour qui "tuer un policier est un acte de séparatisme". Il souhaite apporter des réponses plus efficaces aux refus d'obtempérer notamment.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Selon lui, et pour répondre aux débats sur l'augmentation de l'insécurité, aux mots d'ensauvagement ou de barbarie, prononcés par des responsables politiques au fil des faits divers des derniers mois, il estime que "la délinquance n’a pas augmenté, la violence oui", et dénonce les "effets de buzz" qui alimentent le sentiment d'insécurité. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour les jeunes délinquants notamment, il évoque le rappel  à la loi et souhaite "le remplacer par quelque chose de plus opérant, plus signifiant pour les auteurs de faits contres les forces de sécurité intérieure". 

Il faut écouter notre société, il n’est plus possible d être dans une perte de valeurs sans réagir,  mais il faut le faire à l’aune du droit. 

Quant aux crimes et violences commis contre les femmes, Eric Dupond-Moretti demande aux magistrats d'utiliser tous les outils disponibles : "on a le bracelet anti-rapprochement, je constate qu’il y a des bracelets qui restent dans les tiroirs. Je vais demander aux magistrats de l’utiliser, come le téléphone grave danger et les ordonnances d’éloignement, ils ne sont pas suffisamment utilisés."

En campagne dans les Hauts-de-France aux élections régionales, il dénonce l'attitude de Xavier Bertrand, actuel président de la région, qui dit-il "veut aller à la Région, mais explique que, quand il sera à la Région, il veut aller à l'Élysée. Je serai Garde des Sceaux et j'assumerai mon mandat électif complètement" . Quant à la candidate du Rassemblement national, il déclare, "j'ai regardé les propositions de Marine Le Pen, en matière de justice, c'est vide de sens"

  • Légende du visuel principal: Éric Dupond-Moretti © AFP / MARTIN BUREAU / AFP
Les invités
L'équipe
Contact