Patrick Dils, victime d'une erreur judiciaire, est l'invité de Léa Salamé à 7h50.

Accusé d'avoir tué deux enfants, en 1987, à Montigny-lès-Metz (Moselle), Patrick Dils a été acquitté après trois procès et quinze années d'incarcération. Il demande un droit à l'oubli et raconte les conséquences de ces années perdues dans le livre Il ne me manque qu'une chose aux éditions Michel Lafon.

Car Patrick Dils le rappelle, la Justice lui a volé quinze ans, une période que l'on ne rattrape pas. Il ne peut qu'avancer et estime le faire avec succès, à l'image de l'éducation qu'il a eue : sans sortir du rang. Une reconstruction qu'il doit - ça peut sembler caricatural - à l'amour, à sa compagne et ses enfants.

Mais l'homme accusé à tort regrette d'être toujours considéré par l'instruction comme un accusé et non comme un témoin. Lorsqu'il a été incité à comparaître dans l'affaire Francis Heaulme, il raconte avoir subi un interrogatoire à charge.

Ce droit à l'oubli qu'il réclame donc, c'est un message qu'il adresse à la Justice et pas à l'opinion. Patrick Dils ne se voit pas comme un coupable dans le regard de la majorité des gens qu'il peut rencontrer, c'est ce qu'il explique dans son livre.

Un livre qui servira aussi à raconter à ses deux filles ce qu'il a vécu, parce que Patrick Dils ne veut rien leur cacher.

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.