Annick Girardin, ministre des Outre-Mer, est l'invitée de Léa Salamé.

Annick Girardin, ministre des Outre-Mer, nous éclaire sur la situation à Saint-Martin. Elle était, ce week-end, auprès des sinistrés de l'ouragan Irma.

"L'État a été critiqué. Les polémiques il y en a mais priorité à l'action", se défend-elle "l'État a été présent avant Irma, la prévention a été faite. Même si les habitations ont été totalement détruites et qu"il faut déplorer un certain nombre de morts, on a évité le pire".

On a un travail à faire tous ensemble, reconstruire Saint Martin

"Il y a le défi sécuritaire, de la logistique. L'électricité est revenue dans certains quartiers de Saint-martin, mais les moteurs ne sont pas tous remis en activité. Tout ce qui était réseau aérien a été entièrement détruit (...)

Derrière Irma, il ne s'agissait pas de reconstruire puisque nous avions un deuxième cyclone, José, qui heureusement n'a pas frappé ces îles déjà fragilisée. Il n'était pas question d'exposer qui que ce soit, agents EDF ou experts de toute sorte dont le territoire a besoin".

On est, à Saint-Martin, dans un territoire isolé, peu administré parce que les services administratifs d'état sont à renforcer (...) Le territoire a été entièrement coupé de tout moyen de communication

Il y a aussi ceux qui doivent rester, on a besoin de bras pour reconstruire

"C'est un travail de longue haleine, qui va prendre des mois et des mois (...) Je ne dis pas qu'il ne faut pas répondre aux questions des parlementaires, c'est mon boulot, mais donnons de l'espoir, à ceux qui sont en train d'hésiter [pour quitter l'île]".

Je suis là pour répondre aux question, je le ferais, mais j'espère qu'il n'y aura pas de polémiques qui ne servent à rien

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.