Le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, a appelé "à la raison", jeudi sur France Inter, les partenaires sociaux et notamment la CFDT qui a retiré son soutien au projet de réforme des retraites. "On ne peut pas jouer la politique du pire, on doit pouvoir trouver une solution", estime-t-il.

"Il y a certainement eu un problème de communication, des annonces parfois contradictoires ont semé la confusion", reconnaît Geoffroy Roux de Bézieux, à propos de la réforme des retraites, dont le projet a été présenté mercredi par Edouard Philippe. Le patron du Medef estime que le Premier ministre "a présenté un compromis qui va coûter assez cher et que l'on ne peut pas annoncer sans des mesures de financement", jugeant à ce titre la position de la CFDT "difficilement compréhensible". Le syndicat, pourtant favorable à un système de retraite universel par points, a signifié que le gouvernement avait "franchi la ligne rouge" en voulant instaurer un âge d'équilibre de départ à la retraite à 64 ans, se passant ainsi du soutien précieux l'organisation réformiste. 

Geoffroy Roux de Bézieux se dit par ailleurs "inquiet pour les commerçants et les hôteliers, en particulier en région parisienne", "pour les milliers de salariés empêchés de travailler". "On ne peut pas jouer la politique du pire, on doit pouvoir trouver une solution (...) j'espère que la raison l'emportera", a-t-il lancé notamment à la CFDT. 

  • Légende du visuel principal: Geoffroy Roux de Bézieux, dans les studios de France Inter, jeudi 12 décembre 2019. © Radio France / France Inter
Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.