La ministre de la Justice Nicole Belloubet est l'invitée de Léa Salamé

Le nombre de détenus a atteint en juillet en France un record, avec près de 71.000 personnes incarcérées.

La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, annonce sa volonté de réduire la population carcérale de 8.000 personnes grâce au plan pénitentiaire qu'elle porte.  Elle veut développer sur une nouvelle politique des peines, favorisant les alternatives aux détentions courtes, promise en mars par le chef de l'Etat Emmanuel Macron dans le cadre d'une loi qui sera examinée le mois prochain par le Sénat, et sur une meilleure préparation à la libération.

Plus de places dans les prisons, et plus de prisons

Nicole Belloubet annonce  la construction d'ici 2022 de quelque 2.000 places dans des "structures d'accompagnement vers la sortie", les SAS, qui seront implantées en ville, et la livraison de 7.000 autres places, dans les autres établissements.   

Nicole Belloubet entend renforcer les possibilités de travailler en prison, où le taux d'occupation des détenus ne dépasse pas aujourd'hui 30%.

Nicolle Belloubet : "Ce n’est pas pour désengorger les prisons, mais pour être efficace, parfois, il faut éviter la désocialisation donc nous proposons d’autres types de peine. Sur une infraction au code de la route, faut-il aller dans une maison d’arrêt , ou plutôt un travail d’intérêt général en lien avec l’infraction"

Sortir de l’emprisonnement à tout prix , je n’ai pas peur car toute infraction aura une peine. Il faut donner les moyens aux magistrats de donner des peines adaptées

Affaire Benalla, l'instrumentalisation d'une dérive personnelle 

Nicole Belloubet : 

Je ne suis pas son conseil juridique, je n'ai pas réagi trop vite, je rappelle des principes

Nicole Belloubet :  "J'ai beaucoup de respect pour le pouvoir de contrôle du parlement. Les principes  : il ne doit pas y avoir d'interférence entre une enquête parlementaire et une information judiciaire, car la personne en cause n'a pas les mêmes droits ; et par ailleurs le pouvoir de contrôle du parlement s'exerce sur l'action du gouvernement, du gouvernement et non de l'exécutif. Le respect de la séparation des pouvoirs c'est très important". 

Personne n'est dupe de l'instrumentalisation d'une dérive personnelle

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.