La comédienne, récompensée cette année par le César de la meilleure actrice, est cette semaine à l'affiche de "Je promets d'être sage", une comédie où elle incarne une gardienne de musée. Un détour par le cinéma avant qu'elle ne remonte sur les planches à la rentrée. Elle est l'invitée de Pierre Weill à 7h50.

L'actrice Léa Drucker, à Cannes, le 14 mai 2019
L'actrice Léa Drucker, à Cannes, le 14 mai 2019 © AFP / Valéry Hache

Dans "Je promets d'être sage", de Ronan Le Page, Léa Drucker incarne une gardienne de musée, aux côtés de Pio Marmaï. Une histoire de personnes paumées, cassées par la vie. "Il y a un fond dans ces personnages qui est la difficulté à vivre des relations : l'amour, le travail", déclare l'actrice, au micro de France Inter. Un rôle "jubilatoire", pour Léa Drucker. 

On a tous une noirceur, une part d'ombre. Le jeu, la comédie, me permettent de les explorer. Avec un personnage comme celui-là, je peux me permettre des choses que je m'interdis dans la vie.

Les séries vont-elles détruire le cinéma? "J'espère que non", répond celle qui interprète une psychiatre dans "Le Bureau des Légendes". "Au niveau des scénarios, de la distribution, ce qui se passe dans les séries est prodigieux, mais j'ai besoin d'aller au cinéma, dans une salle obscure, avec des gens qu'on ne connaît pas et avec qui on partage quelque chose". 

  • Je promets d'être sage de Ronan Le Page, avec Léa Drucker & Pio Marmaï, sort en salles le 14 août.
  • La Dame de chez Maxim de Georges Feydeau, mise en scène de Zabou Breitman, avec Léa Drucker, Micha Lescot, André Marcon & Christophe Paou. Au théâtre de la Porte Saint Martin à partir du 10 septembre.
Les invités
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.