Christian Estrosi, maire de Nice et président de la métropole Nice Côte d’Azur, a découvert le drame en direct, comme ses administrés. Il est au micro de Marc Fauvelle.

Christian Estrosi, Maire de Nice (LR), Président de la métropole Nice Côte d’Azur.
Christian Estrosi, Maire de Nice (LR), Président de la métropole Nice Côte d’Azur. © AFP / PATRICK KOVARIK

Paris-Match publie cette semaine de nouvelles photos de l'attentat de Nice. Des photos choc. "C'est ignoble. J'engagerai des poursuites", avertit Christian Estrosi. Le maire de Nice explique : "Une part des photos sont issues des images vidéo de la ville – celles que nous possédons sont sous scellés chez un huissier, donc on ne peut pas y accéder – les autres sont dans les services de police ou du Parquet antiterroriste, à Paris."

Dès lors, d'où viennent les photos de Paris-Match ? "C'est une vraie question, sur laquelle il faut de la transparence."

Lorsqu'on prend l'image de l'assassin dans la cabine du camion, qui d’autre que des policiers de la police judiciaire ou de la police scientifique a pu prendre ces photos ?

"J'ose espérer que dans la journée, Paris-Match sera retiré des kiosques", à l'issue de la demande de référé qui a été déposée.

Retour sur le drame

Ce 14-Juillet, "pendant 10-15 minutes, nous cherchons à comprendre. Il y a des mouvements de foule, des cris, dans toutes les quartiers de la ville. Et puis sur place, peu après, je découvre ce que l’expression silence de mort veut dire." Christian Estrosi rappelle que "dans cette scène de guerre, on a frappé des enfants. La barbarie sourde et aveugle a touché tout le monde."

Christian Estrosi au micro de Marc Fauvelle dans les locaux de France Bleu Azur
Christian Estrosi au micro de Marc Fauvelle dans les locaux de France Bleu Azur © Radio France / Juliette Hackius

Avoir été au cœur de l'action pour organiser les secours, ces gens admirables et si dévoués, ces solidarités chez tous les commerçants, chez les particuliers qui accueillaient dans les cages d'escaliers, en pleine panique. Ce sont les images qui m'habitent aujourd'hui… et qui me poussent à agir.

Après l'hommage, la vie

<div>

"L'hommage et le devoir de mémoire, nous les rendrons avec le Président de la République. Parce que c'est la France qu'on a voulu frapper lors de sa fête nationale. Mais passé l'hommage, il nous faut écrire une nouvelle page de la ville."

> La vie doit reprendre le dessus. Le sport, la culture, les festivités vont reprendre, comme avant. C'est notre manière de dire que Nice est debout.</div>

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.