Valérie Pécresse, présidente (ex-LR) de la région Île-de-France, est l'invitée de Léa Salamé à 7h50.

Invité ce mercredi matin sur France Inter, la présidente (ex-LR) de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, explique qu'elle "n'aurait pas pu voter la confiance" au Premier ministre, qui a prononcé ce mercredi son discours de politique générale. "Je pense que je me serais abstenu", dit-elle.

"Le problème, explique Valérie Pécresse, à propos du discours d'Édouard Philippe, ce n'est pas ce qu'il dit, c'est ce qu'il ne dit pas." Et notamment, selon la présidente de la régionÎle-de-France, sur les dépenses publiques, l'immigration ou la sécurité.

Valérie Pécresse craint également que le projet de loi sur l'ouverture de la procréation médicalement assistée aux couples de femmes et aux femmes seules aboutisse à la gestation pour autrui.

Autre point désaccord avec le gouvernement : le projet de réforme de la justice des mineurs, avec lequel la ministre Nicole Belloubet propose de créer un seuil de présomption d'irresponsabilité pénale fixé à 13 ans. "C'est une décision gravissime (...) D'abord parce que c'est un déni des réalités, la délinquance des mineurs explose chez les plus jeunes", estime Valérie Pécresse.

"C'est irresponsable pour ces enfants, on est en train de les livrer aux prédateurs que sont les caïds", a-t-elle ajouté, en avertissant que "les plus grands vont pervertir les enfants pour faire le sale boulot".

  • Légende du visuel principal: Valérie Pécresse © AFP / Eric Piermont
Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.