Après la libération d'otages français lors d'une opération à haut risque au au Burkina Faso, au prix de la mort de deux militaires, la ministre des Armées Florence Parly est l'invitée d'Alexandra Bensaid.

Après l'opération de libération d'otages français au Burkina Faso, Florence Parly revient sur le "don de soi" qu'ont fait les deux commandos tués dans cette opération à haut-risque. La ministre des Armées rappelle la stratégie de la France dans ces cas-là : 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"L'heure n'est pas aux polémiques, en tous cas ne comptez pas sur moi pour les nourrir" rappelle la ministre alors que les reproches surgissent à l'égard des touristes français, pris en otage alors qu'ils visitaient une zone du Bénin devenue sensible. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Et elle revient également sur la présence du chef de l'État lors de l'accueil de ces otages, libérés sains et saufs par l'Armée, sur le tarmac de Villacoublay . Florence Parly n'a pas eu vent de contestation dans ces rangs, et rappelle que cette présence est importante : "pour l'Armée et pour les Français."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Sur l'identité de ces ravisseurs d'otages français au Burkina Faso, peut-être liés à la katiba Macina : "Il est trop tôt pour affirmer cela avec certitude."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

  • Légende du visuel principal: Florence Parly © AFP / Lionel Bonaventure
Les invités
L'équipe
Contact