Maïwenn, actrice et réalisatrice, est l'invitée de 7h50 pour son dernier film "ADN", en salles le 19 mai.

"Je me suis fait une promesse ce matin de ne pas me plaindre, donc je vais mentir : J’ai très bien vécu ça, c’était formidable, je me suis dit ‘enfin, je vais pouvoir rester au lit dès 7h du soir’ !", plaisante la comédienne.

"Sérieusement, c’était dur mais je ne suis pas la plus à plaindre", explique Maïwenn. "Par contre, là je ne dors plus tellement je suis excitée que la vie reprenne. Tout est nouveau, je suis aussi excitée de retrouver les cafés, les terrasses, les imprévus, le hasard, que les salles de cinéma. J’ai déjà fait mon programme de mercredi, dès 7h du matin je serai en terrasse."

J’ai envie de beaucoup plus d’amour que d’habitude, d’en donner, d’en recevoir, d’être avec les gens que j’aime. C’est surtout eux qui m’ont manqué, plus que les salles et les lieux publics. C’est la présence, l’échange, le partage, toucher les gens qu’on aime.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Son film raconte l'histoire intime d'une femme qui enquête sur ses origines après la mort de son grand-père. "J’ai été sensible à un chiffre : il y a aujourd’hui 7 millions de personnes qui sont issues de l’histoire coloniale France-Algérie. C’est colossal et je me suis aperçu, par exemple dans les livres d’histoire de mes enfants, que ce n’était pas forcément relaté à la bonne échelle. J’avais envie de faire un film qui parle de quelqu’un qui a envie de se plonger dans le passé de ses ancêtres, et qui trouve un lien avec l’époque d’aujourd’hui."

"Comment parler d’une quête identitaire sans parler de la famille, de l’histoire entre la France et l’Algérie, deux pays cousins ?", interroge Maïwenn. "Tout se mélange, tout s’embrouille, c’est pour ça que ce film est très cher à mes yeux. D’autant plus qu’il a été coupé en plein vol avec le confinement. Pour moi, ce sera toujours le film qui a manqué d’oxygène et qui sera à part."

J’ai l’impression que c’est fort pour la plupart des gens, cette quête identitaire. On se sent mieux quand on sait d’où on vient. On sait mieux où on veut aller, on se connaît mieux.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Comment va-t-elle vivre l'embouteillage annoncé de films en salles, entre les nouveautés et les reports dus au confinement ? "On n’a pas trop le choix : moi égoïstement j’aimerais être le seul et unique film à voir mercredi prochain, mais c’est comme ça, il y en a plein d’autres ! C’est aussi grâce à cette diversité de films que la France est si riche. Je trouve ça bien que tout le monde n’ait pas cédé aussi aux plateformes. Moi j’ai hâte de revoir des films en salles, je n’en peux plus de l’écran : j’ai envie d’entendre les gens rire, d’être dérangée par le portable à côté… Même les défauts des salles me manquent !"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Les exploitants vont malheureusement devoir faire avec la quantité de films qui sortent : s’il y en a un qui ne marche pas tout de suite, ils vont devoir le remplacer…", conclut-elle.

  • Légende du visuel principal: Maiwenn © AFP / JOEL SAGET / AFP
Les invités
  • MaïwennActrice, réalisatrice et scénariste française
L'équipe
Contact