Élisabeth Moreno, ministre déléguée chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l'égalité des chances, est l'invitée de Léa Salamé.

"Je suis venue aider la transformation de ce pays." C'est ainsi qu'Élisabeth Moreno, invitée ce mardi matin de Léa Salamé sur France Inter, envisage son poste de ministre déléguée chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l'égalité des chances : "Faire en sorte que tous les Français soient considérés, d’où qu’ils viennent. Apporter mon expérience en tant que femme d’entreprise, en tant que femme issue de la diversité." Élisabeth Moreno, "aussi venue dire qu’on peut lutter contre le déterminisme. Rien n’est impossible finalement quand on voit mon parcours : on se rend compte qu’on peut partir de rien et arriver à quelque chose."

"Je suis aussi venue passer un message à toutes ces personnes issues de la diversité, qui se disent qu’aujourd’hui ils sont oubliés, qu’ils ne font pas partie de cette belle France plurielle. De leur dire que si, il y a des choses extraordinaires qui se passent dans notre pays." L'ascenseur social fonctionne-t-il toujours en France ? "Je pense que mon parcours démontre que l'ascenseur social fonctionne encore en France. Certains peuvent dire qu’il est en panne, mais il reste l’escalier. Moi j'ai pris l’escalier. J’ai monté pas à pas, marche après marche, je pense que c'est la meilleure manière d’apprécier le voyage."

Sur la hausse des féminicides

La ministre s'est également exprimée sur la hausse des féminicides en France : "C’est terrible", juge-t-elle : "Après tous les efforts faits ces dernières années... Jamais on a autant mis en lumière le sujet des violences conjugales. Cette grande cause du quinquennat a permis à Marlène Schiappa de mettre sur la table un sujet dont personne ne parlait. Ce Grenelle nous a donné 46 mesures qu’il est extrêmement important d’exécuter une à une."

Élisabeth Moreno détaille des solutions mises en place, pour "protéger les femmes et leurs enfants, éloigner les agresseurs, comme le bracelet anti-rapprochement." Des bracelets anti-rapprochement mis en place pour le moment dans cinq juridictions. "C’est beaucoup, ça peut paraître peu. Notre intention c'est de faire en sorte que d’ici la fin de l’année ils soient déployés sur l’ensemble du territoire français. (...) Notre détermination c’est de faire en sorte qu’à la fin de cette année ces mille bracelets soient déployés sur tous les territoires, que les femmes se sentent protégées, qu’elles n’aient pas systématiquement la peur au ventre de voir leur agresseur s’approcher du domicile ou de l’école."

Pour enrayer ces féminicides et lutter contre ces violences conjugales, le gouvernement va aussi "ouvrir 15 centres pour traiter les agresseurs, socialement, psychologiquement" : "On sait que 38% d'entre-eux sont sous addiction d’alcool, de drogue etc. Les traiter, c’est aussi une manière de réduire ces féminicides."

Sur le plan à destination des LGBT

Élisabeth Moreno est aussi revenue sur le plan du gouvernement à destination des personnes LGBT , "totalement invisibilisées", avec quatre axes : "Le premier, qu’il y ait une reconnaissance réelle et concrète des droits qu’ils ont acquis de haute lutte. Deuxièmement, leur donner un véritable accès à ces droits. Depuis 2013, les personnes homosexuelles peuvent adopter mais on se rend compte que très peu de couples y ont encore accès. Nous allons travailler avec le conseil des familles pour comprendre où sont les barrières."

Troisièmement, décrit la ministre, il est impératif de "lutter contre cette haine, cette violence à l'égard des personnes LGBT . L’une des insultes les plus violentes dans les cours d’écoles ou les stades, c’est 'pédé'. Il faut commencer par éduquer, par sensibiliser. Nous allons créer un site internet sur lequel le corps enseignant pourra trouver tous les outils, les éléments de langage." Un guide va aussi être rédigé afin de mieux accueillir à l'école les élèves transexuels.

"Nous allons avoir des résultats", est-elle persuadée : "C’est un plan interministériel dans lequel nous avons associé les associations, je suis convaincue qu’il va véritablement changer leur vie."

  • Légende du visuel principal: Élisabeth Moreno © AFP / Ludovic Marin / AFP
Les invités
  • Élisabeth Morenoministre déléguée chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l'égalité des chances
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.