Boris Faure est l'invité de Léa Salamé à 7h50.

Frappé à la tête à coups de casque le 30 août par M'jid El Guerrab, Boris Faure avait dû être opéré en urgence dans la nuit et s'était vu prescrire une ITT provisoire d'au moins 30 jours.

Boris Faure, cadre PS, raconte son altercation avec M'jid El Guerrab. Que s'est-il passé entre les deux hommes ?

Boris Faure : "Je prends la parole car mon état de santé commence tout juste à le permettre. Dans une rue du 5e arrondissement de Paris, c'est une rencontre entre deux personnes qui se connaissent. Je connais M'jid El Guerrab depuis trois ans. Nous avions eu des relations de bonne camaraderie et il y a eu des tensions pendant la campagne. Je l'aborde et je me retrouve à terre, en sang, avec 2 coups de casques. Je me suis retrouvé à l’hôpital. Là je suis tombé inconscient, il y avait une hémorragie cérébrale, le pronostic vital était engagé, et j'ai passé 4 jours en réanimation. Heureusement je sors de cet état-là. Ce matin je me sens affaibli, j'ai une oreille qui entend mal, je n'ai pas encore 100% de mes capacités"

M'jid El Guerrab a dit avoir été insulté, et traité de "sale arabe".

Boris Faure : "Je vous le dis très nettement, il n'y a eu dans ma bouche aucune insulte raciste , aucune insulte tout court. Je suis un militant anti-raciste. C'est une mensonge éhonté. C'est du roman de gare. C'est la 2e agression. encore plus violente, c'est l'agression de la diffamation. Quand il commence à parler dans la presse je suis à l’hôpital dans l’impossibilité de me défendre. Il aurait pu s'abstenir".

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.